novembre 30, 2022

‘’Etats généraux de la République’’ : Le Fpi interpelle Banny

Le Fpi revient à la charge. Après l’exécutif, ce parti interpelle le Commission dialogue, vérité. Affi N’guessan et ses camarades demandent instamment à Charles de s’impliquer dans les ‘’Etats généraux de la République’’. Les socialistes ivoiriens se sont fendus d’un communiqué, ce mardi 18 mars, pour sensibiliser Banny à leur cause. Mais avant, le document dresse un état des lieux de la démarche de la Cdvr, pas toujours à ses goûts. « Aujourd’hui la CDVR est déjà passée à l’étape des auditions des victimes malgré nos réserves. Alors questions : Qui conduit l’opération sur le terrain ? Qui témoigne ? Comment, quand et où témoigne-t-on ? Même s’il ne s’agit que de séances pilotes, elles sont prématurées, compte tenu du climat de méfiance et d’insécurité permanente qui prévaut encore sur toute l’étendue du territoire et qui peut constituer de toute évidence un obstacle à la libre expression des victimes qui sont de différents groupes politiques et ethniques et dont un grand nombre réside à l’heure actuelle hors du pays. La procédure retenue va de ce fait privilégier les pro-Ouattara qui n’auront aucune crainte à s’exprimer et compromettre la valeur des résultats comme ce fut le cas de la commission nationale d’enquête », renâcle l’ancien parti au pouvoir. Puis d’en venir à sa visée première. « Depuis toujours, le FPI affiche son engagement pour une réconciliation vraie, inclusive, sincère et durable dans un climat de confiance et de tolérance mutuelle. La méthode de la CDVR qui allie réconciliation, justice des vainqueurs, exclusion des vrais protagonistes et catégorisation des victimes n’est pas de nature à favoriser l’adhésion des populations ivoiriennes à cette noble ambition de réconciliation nationale », jugent les refondateurs, qui poursuivent qu’ « il est donc nécessaire, urgent et indispensable de recourir à une méthode qui rassure et qui mette en présence et publiquement tous les acteurs de la crise et toutes les victimes pour rechercher ensemble la vérité et proposer les modes de réparation et de repentance. D’où la proposition du FPI d’organisation des «Etats Généraux de la République». Alors que le gouvernement a déjà rejeté sur cette ‘’offre’’, en la rejetant, le Fpi se tourne vers l’institution de paix. « Nous invitons la CDVR à organiser dès maintenant ce forum qui sera salutaire pour tous, d’autant plus qu’il nous semble utopique de vouloir organiser des élections justes, transparentes, inclusives, apaisées et crédibles sans un minimum de consensus national. La démarche de la CDVR doit donc être globale et non sectaire, partielle et partiale » exhorte le communiqué, qui décline son option en plusieurs points. Pour, dit-il une réconciliation réussie, « le FPI propose que les EGR s’organisent autour de six (6) commissions composées des représentants des Partis Politiques, de la société civile, des communautés et des régions, des confessions religieuses, des organisations syndicales et patronales, des corps constitués, de la diaspora, des victimes etc. » Aussi, Banny et ses commissaires, insiste le pouvoir déchu, devraient «prendre à présent ses responsabilités et s’engager résolument dans cette voie. Il y va de l’intérêt des Ivoiriens et de l’avenir de la Côte d’Ivoire »?

G.K
In Le point d`Abidjan

Wed, 19 Mar 2014 11:07:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy