Rompre les relations avec Israël, arrêter le génocide à Gaza, vive la résistance palestinienne héroïque !

Israël continue d’intensifier ses bombardements sur Gaza et ses raids nocturnes sur les villes de réfugiés et les colonies en Cisjordanie occupée, ainsi que les attaques des colons armés. En outre, il poursuit le siège qui empêche la nourriture, l’eau et d’autres ressources de base d’entrer à Gaza, dans le but criminel d’affamer la population palestinienne. Le nombre de victimes de la faim et de l’inanition s’est récemment élevé à 40, après la mort d’un enfant à Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza.

Au 18 juin, 37 347 Palestiniens avaient été tués dans la bande de Gaza, dont 71 % de femmes et d’enfants, 85 000 blessés et quelque 10 000 disparus dans les décombres. En Cisjordanie occupée, les colons et l’armée sioniste ont tué plus de 500 Palestiniens, dont 126 enfants, au cours des huit derniers mois.

L’expression dramatique du génocide perpétré par l’armée sioniste a été le massacre du camp de réfugiés de Nuseirat le 9 juin dernier, où les sionistes ont tué 274 personnes lors d’une opération de sauvetage de 4 otages qui étaient aux mains de la résistance palestinienne. L’événement a été présenté comme un grand triomphe par Netanyahou, mais détesté et rejeté par ceux qui dénoncent le génocide israélien.

Après huit mois d’invasion, Israël n’avait libéré que deux autres otages avant ces quatre-là, sur les 240 capturés en octobre par la résistance palestinienne. En novembre, 105 autres otages ont été libérés dans le cadre d’une trêve avec le Hamas, en échange de 240 prisonniers palestiniens. Il restait alors quelque 120 otages, dont 43 auraient été tués, la plupart par des bombardements des mêmes avions israéliens.

La résistance héroïque des Palestiniens et la mobilisation mondiale se poursuivent

Malgré le génocide, l’héroïque résistance palestinienne n’est pas vaincue et l’armée sioniste est militairement bloquée. Les combats se poursuivent dans toute la bande de Gaza. Samedi 15 dernier, Israël a subi un coup dur de la part de la résistance palestinienne à Rafah, une zone où l’armée sioniste a concentré son effort de guerre. Ce jour-là, huit soldats israéliens ont été tués dans une attaque de miliciens palestiniens.

Loin de pouvoir crier victoire, l’armée sioniste a dû retourner dans le nord de la bande, alors qu’elle annonçait depuis des mois avoir démantelé la résistance dans cette partie de Gaza. En effet, aujourd’hui, les combats les plus violents se déroulent à Jabalia, au nord de Gaza, montrant l’enlisement de l’armée sioniste qui n’a pas été en mesure de tuer ou de capturer des chefs de la résistance, de récupérer les otages et encore moins de détruire le Hamas et les autres organisations de la résistance palestinienne.

Des marches massives contre le génocide sioniste et en soutien au peuple palestinien se sont poursuivies dans le monde entier. Les campements dans les universités américaines, canadiennes et européennes ont constitué une étape importante dans la mobilisation en faveur de la Palestine et contre le génocide, en intégrant massivement la jeunesse. Les campements ont résisté à la répression pendant des mois et ont atteint 200 universités avec des campements dans 20 états, augmentant le soutien mondial à la résistance palestinienne. Aujourd’hui, les camps ont été réduits pour la période des vacances. Ils reviendront avec les travailleurs et le peuple, car le conflit n’a pas de solution immédiate en vue et Joe Biden continue de soutenir le génocide.

Cette semaine, une manifestation massive a eu lieu à Sanaa, la capitale du Yémen, à New York, à Bogotá, dans plusieurs villes du Brésil et du Canada. D’autres manifestations de soutien à la Palestine ont également eu lieu. En Allemagne, dans le cadre du championnat d’Europe de football, des centaines de supporters de l’équipe turque se sont rassemblés pour crier « Free Palestine ». Par ailleurs, l’artiste Dua Lipa a publiquement exprimé son soutien à la Palestine.

La mobilisation mondiale s’attaque à Biden et à l’impérialisme

Les mobilisations déclenchées au cœur de l’impérialisme frappent le gouvernement Biden. Selon les sondages, de novembre 2023 à mars 2024, ceux qui approuvent la guerre diminuent, passant de 50 % à 36 %, et ceux qui la rejettent augmentent, passant de 45 % à 55 % des sondés.

À six mois des élections générales de novembre, l’échec de la politique d’extermination de Netanyahou oblige Biden à prendre ses distances. Tout en maintenant son soutien inconditionnel à Israël, Joe Biden a dû suspendre les livraisons d’armes et soumettre une proposition de cessez-le-feu au Conseil de sécurité des Nations unies, approuvée par 14 voix et l’abstention de la Russie. L’isolement d’Israël s’accroît, mais Netanyahou refuse – pour l’instant – d’accepter le cessez-le-feu proposé par les États-Unis par l’intermédiaire de l’ONU et insiste sur le fait qu’il est prêt à « se battre seul » si nécessaire.

L’intensification des affrontements avec le Hezbollah à la frontière nord d’Israël avec le Liban ne fait qu’ajouter de l’eau au moulin d’Israël et du gouvernement américain. Israël a déclaré qu’il se préparait à développer une offensive militaire de grande envergure contre le Hezbollah. Dans ce contexte, l’impérialisme américain a envoyé Anthony Blinken, secrétaire d’État, en tournée dans toute la région. Blinken cherche à parvenir à un accord final sur la résolution adoptée par l’ONU pour éviter que le conflit ne s’étende au Liban ; en raison de leur affaiblissement et de leur crise de domination, ils ne sont pas en mesure d’y faire face et cherchent à l’en empêcher.

La crise du sionisme affaiblit Netanyahou

Le gouvernement d’ultradroite de Netanyahou traverse une grave crise interne, générée par la pression des mobilisations en Israël et l’incapacité du gouvernement à atteindre les objectifs qu’il s’était fixé au début de l’agression contre Gaza : libérer les otages et détruire le Hamas, un objectif que même Biden a reconnu comme impossible.

Le jour même où Netanyahou chantait victoire pour la récupération de 4 otages, Benny Gantz et Gadi Eisenkot, généraux à la retraite des Forces de défense israéliennes, démissionnaient du cabinet de guerre, étant d’accord sur la nécessité de parvenir à un accord avec le Hamas pour un cessez-le-feu et la remise des otages. Le dimanche 16, quelque 150 000 personnes, selon des sources israéliennes, se sont mobilisées face au Parlement israélien (Knesset), exigeant des élections législatives, le départ de Netanyahou et un accord permettant le retour des otages détenus par le Hamas.

Les secteurs de l’opposition sioniste, à la recherche d’une pause dans l’impasse actuelle, prennent leurs distances avec Netanyahou de la même manière que le fait Biden. L’opposition à Netanyahou cherche à se repositionner face à la crise interne et à tenter des négociations sur la base de la politique ratée des deux États, qui n’a pas d’issue dans le cadre de l’existence de l’enclave impérialiste et du régime d’apartheid en Israël. La communauté juive mondiale a commencé à montrer, par le biais de la campagne « Pas en notre nom », que de larges secteurs rejettent l’invasion et manifestent leur soutien à la Palestine dans différentes parties du monde.

Netanyahou cherche à contrôler politiquement et militairement l’ensemble du territoire palestinien et ne soutient pas les « deux États » proposés par l’impérialisme, la diplomatie capitaliste et certains secteurs de l’opposition sioniste. Netanyahou s’accroche au pouvoir en sachant que la négociation d’un accord avec la résistance palestinienne signifierait sa chute et sa mort politique.

La mobilisation mondiale doit se poursuivre

Depuis l’Unité Internationale des Travailleurs Quatrième Internationale (UIT-QI), nous appelons à maintenir et à développer la mobilisation jusqu’à un cessez-le-feu et le retrait immédiat de toutes les troupes sionistes du territoire historique de la Palestine. Dans ce cadre, nous appelons les partis politiques de gauche et les différentes organisations et comités de solidarité avec la Palestine à organiser une journée mondiale d’agitation durant la première quinzaine de juillet en soutien à la lutte du peuple palestinien et en rejet du génocide sioniste.

L’UIT-QI demande aux gouvernements du monde entier de rompre les relations diplomatiques, politiques, économiques, militaires et culturelles avec Israël : Cessez de financer le génocide ! Assez  de morts de faim et de maladie ! Ouvrez les frontières maintenant pour l’entrée de l’aide humanitaire ! Non à l’invasion de Rafah ! Israël hors de Gaza et de toute la Palestine ! Pour une Palestine unique, laïque, démocratique et non raciste ! Vive la Palestine libre de la rivière à la mer !

Unité internationale des travailleuses et travailleurs – Quatrième internationale (UIT-QI)

19 juin 2024

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy