décembre 8, 2022

Echec du recensement de la popuLation : des agents recenseurs témoignent

« Il reste 6 jours pour la fin du recensement alors qu’il y a des agents qui ont encore 4000 personnes à recenser.
Nous n’avons ni gomme, ni crayon et pas de cahier alors qu’on nous l’avait promis.
Nous avons acheté ce matériel avec nos propres moyens », font remarquer des agents recenseurs et chefs d’équipe que nous avons rencontrés, le samedi 24 mai dernier, à Abobo.
c’est à leur demande que cette rencontre eu lieu pour, disent-ils, dénoncer les graves faiblesses du recensement
général de la population et de l’habitat (rGph) lancée par le régime ouattara. « Les appareils qui nous ont été remis pour recenser sont vieux et défaillants.
Nous avons découvert des photos dans ces appareils.
C’est la preuve qu’ils ont été utilisés ailleurs. Le débit de ces appareils est très lent. Nous avons 59 questions à poser. Pour recenser une personne, nous consacrons au minimum 15
minutes. Dans des ménages ayant de nombre pléthorique de personnes, la lenteur fait qu’on nous demande si nous
allons passer la nuit dans le ménage. Après l’enregistrement
de 3 personnes, l’appareil s’éteint parce que l’unique et vieille batterie ne résiste pas. Quand nous voulons recharger la batterie, il y a des gens à Abobo qui refusent sous prétexte
que nous allons gaspiller leur électricité », rapportent de
nombreux agents recenseurs que nous avons rencontrés.
selon eux, certains de leurs collègues se retrouvent avec
18 îlots à visiter pendant que d’autres ont seulement 2
voire 4 îlots. « Il y a eu la complaisance dans l’attribution
des îlots. Ce qui fait que même si on prolonge l’opération
de 3mois, il y a des agents qui ne pourront pas achever le recensement », relèvent certains agents.
« Pour une opération censée démarrer le 3 avril, c’est le
23 avril que nous avons reçu les questionnaires des ménages. Et les appareils sont arrivés le 26 avril soit 23 jours plus tard après le début de l’opération », indiquent d’autres agents. Qui précisent que les difficultés qu’ils rencontrent sur le terrain sont énormes. « On demande à chaque agent d’enregistrer par jour 50 personnes. Si nous passons au moins 15 minutes pour enregistrer une seule personne, imaginez le temps que nous ferons pour enregistrer 50 personnes », ajoutent des agents. pour qui l’échec de l’opération de recensement général de la population et l’habitat est largement consommé.

Benjamin Koré
In Notre Voie

Tue, 27 May 2014 15:20:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy