décembre 4, 2022

Lancement de la campagne du Rhdp / Ouattara prévient :‘’Que Gbagbo arrête d’insulter les Ivoiriens et de raconter des mensonges sur Alassane’’

Photo : DR
«MONSIEUR LE PRÉSIDENT Aimé Henri Konan Bédié, président du Rhdp et Madame; Mme Dominique Ouatta- ra, M. le président Albert Mabri Toikeus- se, M. le président Anaki Innocents Ko- bena, M. le président Gnamien Konan, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil politique du Rhdp, Mes- dames et Messieurs les Elus, chers frères, chères sœurs du Pdci-Rda, chers frères, chères sœurs de l’Udpci, chers frères, chères sœurs du Mfa, chers frères, chères sœurs du Rdr, chers mi- litants, chères militantes du Rhdp mer- ci à tous, merci pour le salut. Pour la deuxième fois, on nous a refusé le sta- de Félix Houphouët Boigny mais vous avez prouvé et le Maire Amicha l’a dit que le Parc des Sports peut accueillir des dizaines de milliers de personnes. Je me demande combien vous êtes aujour- d’hui cent mille, deux cent mille ? Je n’en sais rien. Oui, vous démontrez par cette mobilisation qui est exceptionnel- le que le Rhdp est majoritaire, bel et bien majoritaire dans notre pays. Je vou- drais tout d’abord saluer très respec- tueusement la présence de notre aîné, le Président Aimé Henri Konan Bédié et de sa charmante épouse Henriette Bomo Bédié. Je salue fraternellement mon aîné, Guillaume Houphouët qui a bien voulu être présent à cette grande manifestation. Merci Guillaume. Je sa- lue mes jeunes frères Albert Mabri Toi- keusse et Anaki Kobena. Bien entendu, je salue mon jeune frère Gnamien Ko- nan. Je salue mon aîné le président Francis Wodié. Car tous les deux m’ont fait l’honneur et la fraternité de soute- nir ma candidature. Oui, nous devons ensemble sauver la Côte d’Ivoire. C’est de cela qu’il s’agit aujourd’hui : sauver la Côte d’Ivoire. Nous devons être unis pour sauver notre pays de l’incompéten- ce, de la mauvaise gestion, de la gabé- gie et de la corruption. Nous devons en- semble sortir notre pays du chômage et de la misère. Nous devons travailler main dans la main pour reconstruire notre belle Côte d’Ivoire. La belle Côte d’Ivoire du Président Félix Houphouët Boigny. Oui et je vous le promets, ensemble nous allons changer la Côte d’Ivoire. Oui, je voudrais à nouveau re- mercier la conférence des Présidents du Rhdp. Oui mon aîné mes jeunes frères m’ont fait l’honneur de me désigner comme le candidat du Rhdp. Ceci est une lourde charge. Le changement est possible, il est indispensable pour notre pays. Et face au désir de changement manifesté par la grande majorité des Ivoiriens, certains paniquent et som- brent dans l’intoxication et le menson- ge. Oui, ils le font parce qu’ils n’ont au- cun bilan, aucun projet, aucun program- me pour les Ivoiriens. Oui quand M. Gbagbo se rend à Yamoussoukro, c’est le Grumman acheté par le Pré- sident Félix Houphouët-Boigny qu’il uti- lise. Quand il est à Yamoussoukro, il dort dans le Palais construit par le Président Félix Houphouët-Boigny ; quand il va par la route, ce sont les routes bitumées par les présidents Félix Houphouët-Boi- gny et Henri Konan Bédié ; les voitures qu’il utilise sont celles achetées par le Président Henri Konan Bédié. Oui, quelqu’un qui n’a rien fait en dix ans pour les Ivoiriens et pour la Côte d’ivoire. Alors oui, ils pensent que nous ne le savons pas, mais les Ivoiriens ne sont pas naïfs. Les Ivoiriens savent que tout ce qui existe aujourd’hui, c’est grâce au président Houphouët et au président Bédié que nous le devons. Il s’agit de comparer le bilan des Hou- phouëtistes d’un côté et la pagaille des refondateurs, le désordre créé par les refondateurs, la décadence de la Côte d’Ivoire créée par les refondateurs de l’autre. Oui à cause de cela, ils veulent tirer les débats vers le bas et ils ne font que raconter des mensonges. Je vou- drais donc profiter de l’ouverture offi- cielle de la campagne pour mettre en garde Laurent Gbagbo. Je mets en gar- de Laurent Gbagbo et le Fpi. Qu’ils ar- rêtent de mentir et d’insulter les Ivoi- riens ; qu’ils arrêtent de raconter les mensonges sur Alassane Ouattara et le
Rhdp ; qu’ils arrêtent de diviser les Ivoi- riens ; qu’ils arrêtent de mentir sur nous et de traîner nos noms dans la boue. Trop c’est trop ! Voyez-vous, depuis que j’ai commencé ma précampagne et ma campagne, je n’ai insulté personne. Je n’ai insulté personne parce que je res- pecte tous les Ivoirines y compris le Pré- sident Laurent Gbagbo. Partout où je suis passé, j’ai prôné la paix, la récon- ciliation et le pardon. Et j’ai présenté mes solutions à mes compatriotes pour sortir le pays de la crise. Oui, face à cette campagne pacifique, le Fpi et son candidat s’agitent et racontent des mensonges aux Ivoiriens. Et je voudrais leur dire ceci : quand on n’a aucun bi- lan, aucun programme, on la ferme. On ne va pas mentir et créer des contre-vé- rités sur ses adversaires. Les Ivoiriens veulent entendre la comparaison des bi- lans, des projets et des programmes. Alors, quand on est incapable de gé- rer le pays, on quitte le pouvoir ; quand on a échoué dans les grandes démocraties, on quitte le pouvoir ; quand on n’a pas pu amener la paix à son pays, on quitte le pouvoir. On ne s’accroche pas au pouvoir en signant des accords qu’on ne respecte pas. Combien d’accords que nous avons si- gnés qu’il n’a pas respectés. Alors Laurent Gbagbo, calme-toi. Oui, calme- toi, pendant dix ans tu n’as rien fait pour les Ivoiriens. Tout ce que tu as su fai- re, ça a été de diviser les Ivoiriens, d’amener la guerre à la Côte d’Ivoire, de piller les ressources avec des groupes d’amis, un clan et une tribu. Il faut ar- rêter Laurent Gbagbo arrête ! Arrête ! Car je suis un responsable. Et je ne veux pas traîner cette campagne dans la boue. Les Ivoiriens méritent mieux que cela. Si tu continues tu m’enten- dras. Si nous ne répondons pas main- tenant, c’est parce que nous voulons la paix pour notre pays et nous voulons renouer avec les valeurs du Président Félix Houphouët-Boigny et du Président Bédié. Si nous ne cédons pas à la pro- vocation, ce n’est pas parce que nous nous sentons coupables ; ce n’est pas parce que nous avons peur. C’est tout simplement parce que nous sommes des Houphouëtistes ; nous sommes des enfants de Félix Houphouët-Boigny, des personnes éprises de paix et nous préférons ne pas tomber dans la pou- belle. Parce qu’être Houphouëtistes, c’est penser aux intérêts de la Côte d’Ivoire ; c’est travailler au rassemble- ment des Ivoiriens ; c’est avoir le sens de l’honneur. Et c’est parce que nous sommes des hommes d’honneur que nous ne leur répondons pas. Alors qu’ils arrêtent leurs mensonges. Oui, Laurent Gbagbo, arrête tes mensonges, tes ma- nipulations. Ça t’a réussi pendant dix ans, mais dans une semaine tu seras out. Oui, car le peuple ivoirien ne veut plus de toi. Et je veux dire à Laurent Gbagbo qu’on se connaît ici en Côte d’Ivoire. On se connaît. Alors attention ! Attention ! On se connaît. Oui, tout le monde, tous les Ivoiriens savent que c’est Laurent Gbagbo et le Fpi qui ont introduit la violence verbale en politique en Côte d’Ivoire, en insultant et en hu- miliant le Président Félix Houphouët Boi- gny. C’est Gbagbo et le Fpi qui ont in- troduit la violence à l’école, à l’univer- sité notamment. Tous les Ivoiriens sa- vent que c’est Laurent Gbagbo et le Fpi qui ont amené la Côte d’Ivoire en 1992 en attaquant le Palais de Justice avec des machettes et des gourdins et en in- cendiant des véhicules. Et c’est pour
cela qu’ils se sont retrouvés en prison. Donc nous ne trompons pas, c’est toi qui amené la violence à la politique, toi Laurent Gbagbo. C’est toi qui a ame- né la violence à l’Université. Oui tout le monde sait que Laurent Gbagbo n’a pas été élu en 2000. Tu as fait le coup d’Etat contre le Général Guéi. Donc, c’est par un coup d’Etat que tu es au pouvoir. Alors, ne viens pas nous racon- ter des histoires. Oui, nous savons com- ment cela s’est passé. Et il y a des mi- litaires qui ont été manipulés par toi, qui sont à la retraite et qui travaillent dans ma direction de campagne sont prêts à dévoiler tout ce que tu as fait pour manipuler les gens. Oui que Laurent Gbagbo arrête. Et c’est le Fpi qui a as- sassiné le Général Guéi. Car Affi N’Guessan l’a accusé d’avoir fait une tentative de coup d’Etat. C’est à la sui- te de cela qu’il a été assassiné. Et donc arrêtez vos mensonges. J’ajoute que Laurent Gbagbo lui-même a dit en son temps que si Alassane Ouattara était l’auteur du coup d’Etat de 2002, qu’il l’aurait arrêté. S’il ne m’a pas arrêté c’est que je n’ai rien à avoir avec le coup d’Etat ou la rébellion. Alors pourquoi il m’accuse aujourd’hui ? Il m’accuse au- jourd’hui pour des motifs politiciens. Alors c’est déshonorant pour la Côte d’Ivoire. Heureusement pour nous, il n’a plus que six jours et cela dépend de vous. Oui, la Côte d’Ivoire est fatigué des mensonges, des sms haineux, des affiches de violence, des DVD qui portent le sang. La Côte d’Ivoire ne veut plus de cela. Ce que les Ivoiriens veu- lent c’est ce sortir des difficultés quo- tidiennes. Ce que les Ivoiriens veulent c’est un programme pour reconstrui- re la Côte d’Ivoire. Oui, la Côte d’Ivoi- re doit passer à autre chose. Les Ivoi- riens veulent aller de l’avant dans la paix. Nous ne voulons plus accepter qu’on se moque des Ivoiriens. Oui, pendant que des Ivoiriens meurent dans les hô- pitaux qui sont devenus des mouroirs parce qu’ils ne peuvent pas payer une ordonnance de cinq mille francs CFA. Certains vont soigner leurs dents au Ma- roc. Oui c’est cela être populiste et so- cialiste paraît-il. Pendant que les Ivoiriens n’arrivent pas à manger trois fois par jour, une minorité présidentielle gaspille sans compter et s’offrent de grosses voi- tures et des villas de luxe aux frais de l’Etat. C’est la gabégie depuis que vous êtes là ; c’est le vol ; c’est la corruption. Alors qu’il y a quelques années, certains et nous les connaissons n’avaient même pas dix mille francs CFA dans leurs comptes bancaires, aujourd’hui ils ont des milliards dans des comptes de banques en Suisse et à l’étranger. Alors, je le répète, on se connaît ici en Côte d’Ivoire. Et à Abidjan, on se connaît. Donc, vous arrêtez, autrement vous allez m’entendre. Laurent Gbag- bo, tu arrêtes ! Chers jeunes, je sais que vous êtes désespérés. Vous êtes allés à l’école, vous avez eu des diplômes. Pour la plupart, vous êtes des gérants de ca- bine, mieux des chauffeurs de « wôrô wôrô ». Alors qu’ils ont pris l’argent de l’Etat pour acheter des sociétés à leurs copines et créer des magasins à leurs copines, à de petites filles. Quelle hon- te ! L’argent est uniquement utilisé pour leur plaisir personnel. Alors qu’ils arrê- tent leurs mensonges et qu’ils pensent à la souffrance des Ivoiriens ; oui, à la misère de nos compatriotes. Les Ivoi- riens souffrent de la saleté, de l’insalu- brité, du manque de logement, et des déchets toxiques qu’ils ont versés ici par cupidité et qui empoisonnent les Ivoi- riens au quotidien. Oui, les Ivoiriens ont toutes sortes de problèmes. Disons, comment allons-nous résoudre les problèmes des Ivoiriens. C’est cela le débat : qui peut sauver la Côte d’Ivoi- re ? Qui a des solutions pour la Côte d’Ivoire ? C’est la vraie question. Et com- me il le sait, il passe à autre chose. Oui, je dis à Laurent Gbagbo que les Ivoiriens sont fatigués des messages de haine, de violence et de division. Je deman- de à Laurent Gbagbo de dire ce qu’il compte faire pour les Ivoiriens. Laurent a été aux affaires pendant dix ans et il n’a rien fait. Zéro. Pas une route, pas une université, pas un kilomètre de rou- te. Alors qu’il arrête de nous narguer. Oui, celui qui n’a pu faire quelque cho- se en dix ans ne peut rien faire en cinq ans. Il ne peut rien faire en cinq ans. Et c’est pour cela, je vous dis de donner cinq années à Alassane Ouattara pour transformer la Côte d’Ivoire. Donnez- moi cinq ans et vous verrez la différen- ce. Cinq ans pour changer la Côte d’Ivoire, pour donner des emplois aux jeunes, pour améliorer les conditions de vie des Ivoiriens. C’est de cela qu’il s’agit. Alors Laurent Gbagbo, il faut partir tran- quillement du pouvoir le 28 no- vembre au soir. Oui, il faut arrêter les contre vérités. Chers frères, chères sœurs je vous demande de ne pas ré- agir face aux provocations. Allons-y à ces élections dans la paix. Nous voulons des élections apaisées. Nous sommes sûrs de gagner ces élections par la grâ- ce de Dieu. Oui et je demande à Lau- rent Gbagbo, le 28 novembre au soir vers 22h, 23h, nous aurons les résul- tats. Prends ton téléphone et dis à Alas- sane Ouattara : « Félicitations ! Tu as ga- gné les élections ». Oui, tout le mon- de le sait, au Rhdp nous avons des so- lutions. Oui notre programme commun de gouvernement a été conçu pour améliorer les conditions de vie de nos compatriotes, pour trouver des finan- cements, pour des projets pour les jeunes et pour les femmes et pour créer les emplois pour les jeunes. Nous allons construire des routes comme du temps de Félix Houphouët-Boigny, des hôpi- taux, des écoles. Nous allons construi- re cinq CHU et cinq universités en cinq ans. Nous allons faire en sorte que la Côte d’Ivoire reprenne le chemin de la prospérité et du bonheur. Oui et nous
savons comment trouver cet argent par- ce que nous sommes des banquiers, des financiers et nous avons l’avanta- ge d’avoir notre aîné Henri Konan Bé- dié qui a été Ministre des Finances, Pré- sident de l’Assemblée Nationale, Pré- sident de la République et qui nous ap- portera son expérience pour conduire le bateau Côte d’ Ivoire à bon port. Oui, grâce à son expérience et à la cohésion du Rhdp, nous allons mettre fin aux souffrances des Ivoiriens, au chômage, à l’insécurité et à la faim. Oui, nous avons géré la Côte d’Ivoire, nous l’avons bien gérée et nous avons l’ex- périence de la gestion. Nous voulons que la Côte d’Ivoire soit une terre à nou- veau de paix et de prospérité. Nous voulons une Côte d’Ivoire plus juste et plus solidaire ; une Côte d’Ivoire où on s’intéresse aux plus défavorisés, aux plus faibles. Oui, nous voulons une Côte d’Ivoire respectée de tous à l’intérieur comme à l’extérieur. Donc, chers frères et sœurs, mobilisons-nous pour qu’en- semble nous gagnons ces élections et toutes les autres élections : Municipales, législatives et de Conseils généraux. Le Rhdp doit rafler les élections dans les six mois qui viennent. Oui, mobilisons- nous pour barrer la route à l’impostu- re et aux irrégularités, aux manipula- tions. Je le disais au cours du conseil politique : ils ont triché pour éliminer mon aîné Henri Konan Bédié. Je disais premier « gaou » n’est pas « gaou ». Alors, nous les attendons cette fois-ci. Ils vont voir. Ils seront battus de maniè- re lamentable. Ils seront battus parce qu’ils ne pourront plus tricher. Chers frères et sœurs ensemble nous allons gouverner la Côte d’Ivoire. Nous sommes des hommes de parole, nous avons signé une plate-forme qui contient les éléments de notre collabo- ration. Et ce matin, j’ai annoncé au Conseil politique que le Président Hen- ri Konan Bédié m’a donné son accord pour que je nomme comme Premier mi- nistre un cadre du Pdci dès que je suis élu. C’est cela le partage du pouvoir dans la responsabilité. Donc vous pou- vez me faire confiance. Le gouverne- ment sera un gouvernement fort qui sera au travail et fera en sorte que la Côte d’Ivoire traverse cette période dou- loureuse. Nous pouvons bâtir une Côte d’Ivoire nouvelle sans heurts, sans violence. Chers compatriotes, je le répète pour la télévision, en espérant qu’on va nous passer ce discours, je le dis à ceux qui ne le savent pas : je suis Alassane Ouattara, je vous demande de voter pour moi le 28 novembre parce que j’ai des solutions pour les problèmes de la Côte d’Ivoire ; parce que j’ai les capacités de sortir la Côte d’Ivoire de la crise ; parce qu’avec Alassane Ouat- tara la Côte d’Ivoire sera respectée ; parce qu’Alassane Ouattara est un homme de paix ; parce qu’Alassane Ouattara est pour la réconciliation et le pardon. Oui, Alassane Ouattara a des solutions pour changer la Côte d’Ivoi- re. Vive notre belle Côte d’Ivoire ! Que Dieu bénisse chacun de nous et chaque résident de la Côte d’Ivoire !

Avec l’Intelligent d’Abidjan / Propos recueillis par Koné Yacouba

Mon, 22 Nov 2010 09:01:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy