février 3, 2023

LETTRE OUVERTE: À MONSIEUR HOLLANDE, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE, par Sylvain de Bogou(Journaliste et Écrivain)

Excellence, je ne perdrai pas votre temps si chargé et si rare en respectant les règles qui gouvernent les lettres officielles. Pour cette entorse, veuillez, Excellence accepter mes excuses au cas où ce manque vous aurait offusqué. J’ose croire que vous aurez écho de ma note et par conséquent, vous prendrez bien note de ce qu’elle dit et dénonce.

Excellence, votre candidature à la magistrature suprême de l’Etat français a été vue comme une bouffée d’oxygène dans le monde entier et surtout dans toute l’Afrique et cela nonobstant le fait que vous soyez le président des Français. Après « le style va-t’en guerre » ou « cowboy » de vos deux récents prédécesseurs qui ont ramené les temps de férocité aiguë qui ont frappé l’Afrique lors de l’esclavage et de la colonisation, l’Africain a vu en vous « son ami » même si « les nations n’ont pas d’amis et qu’elles ne protègent que leurs intérêts », De Gaulle.
Je refuse, volontiers de commenter ce passage du général pour ne point m’éloigner du but de ma lettre.
La présidentielle qui vous a opposé à monsieur Sarkozy a été de mémoire d’homme, la plus médiatisée et la plus suivie dans le monde quand on parle des élections en France. Les Français d’origine africaine ont mobilisé des foules pour votre cause. Des volontaires français-africains ont épousé « la cause Hollande » pour affranchir la France, la grande France, championne des droits de l’homme de monsieur Sarkozy qui, en un quinquennat a souillé la réputation de cette dernière (la France) partout dans le monde et surtout en Afrique où il régnait en « un Billy the kid ». Qui nierait le snobisme abominable de monsieur Sarkozy en l’encontre de monsieur David Cameron ? Qui n’a pas été témoin de l’ordre qu’il a donné au couple Gbagbo de quitter le pouvoir, des attaques qui ont suivi et dont les conséquences plongent la Côte d’Ivoire dans le chaos ? Je n’oserai point énumérer la totalité des gaffes politiques commises par votre prédécesseur immédiat. C’étaient là quelques exemples pour l’histoire.

Excellence, je dis qu’il n’est pas encore trop tard pour redresser la barre. Le temps est en votre faveur pour dire au monde entier que la France peut faire autrement. Elle peut se comporter autrement avec ses ex-colonies. Elle peut et doit s’asseoir avec les pays africains pour s’entretenir autrement. Le temps de la force brutale est un autre âge. Excellence, votre nom, lors de la course à l’Elysée a rimé avec des concepts (liberté, égalité et fraternité) qui sont très chers à la France. Des électeurs ont vu en vous « un libérateur » des consciences, des opprimés et de l’Afrique en particulier. Mais cet espoir que vous avez insufflé à des millions d’électeurs, Excellence, risque de produire un effet de feu de paille si vous n’agissez pas maintenant pour redresser l’histoire, du moins le tort commis par la France en Afrique à différents niveaux. Par exemple, le docteur Michel Gbagbo, fils du président Laurent Gbagbo est en prison depuis plus d’un an. Michel est un Français. Sa mère, contre vents et marrées, se bat pour obtenir sa libération. Malheureusement, ce Français qui a sans doute eu tort d’être le fils de monsieur Gbagbo ne bénéficie pas de la protection que l’Etat que vous dirigez doit à tout Français en danger. Des Ivoiriens sont en prison depuis des mois. Aucun crime ne leur est attribué, ils n’ont jamais comparu devant un juge et ils n’ont ni droit à la visite d’un avocat et d’un médecin ; ni droit à la visite d’un parent. Dans tout ce chaos politico-juridique, la France reste muette et insensible. Elle feint d’ignorer les abus contre madame Simone Ehivet et les autres détenus. L’excuse brandie à l’Elysée étant la suivante : « laisser les africains gérer leurs propres nations ». Or, les faits disent autre chose. C’est la France qui tire les ficelles et profite des meurtres commis ça et là par ses suppôts qui gouvernent l’Afrique comme des sous-préfectures françaises. Je ne m’étalerai point sur les exemples très nombreux qui prouvent que l’Afrique dite francophone est dans les serres de Paris.

Excellence, la France peut survivre sans tuer en Afrique. Elle peut s’enrichir sans organiser des coups d’état en Afrique. Les Français ne mourront pas si la France n’envoie pas ses mercenaires et ses légionnaires en Afrique. Car, la culture lie la France à ses ex-colonies ; les échanges économiques enlacent la France et les nations d’Afrique ; le social met les Français et les Africains dans la même boîte. Les politiques Français doivent cesser d’avoir peur de perdre l’Afrique. La force absurde et deshumanisante que la France déploie sur les Africains lui fera perdre définitivement le continent africain. La liberté est chère à tout un chacun. Plus vous êtes brutalisés, plus vous cherchez à vous échapper. Si la France veut réellement coopérer avec l’Afrique, elle doit la respecter au même titre qu’elle respecte l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis d’Amérique. Si la France est respectueuse des droits de l’homme, alors elle doit respecter les nations africaines aussi.

Enfin, Excellence, vous pouvez faire l’histoire, du moins vous avez là devant vous et entre vos mains l’occasion de devenir un grand homme, voire une référence citée par toutes les lèvres si vous savez lire, bien lire entre les lignes de l’histoire qui est en train de se mettre en place. Creusez en vous-même, Excellence pour dire : «assez, l’Afrique a droit à ses ressources, au respect et à la vie comme la France et ses partenaires occidentaux ». Sinon, un jour, l’Africain appliquera la dialectique hégélienne du ‘maître et de l’esclave’ contre la France et en cet moment précis, seul dans l’antichambre du pouvoir et face au jugement accablant de l’histoire, les mains tenant votre tête, vous vous demanderez : « et si…et si j’avais…pourquoi n’ai-je pas… »

Sylvain De Bogou
Journaliste et Écrivain.

Sat, 29 Sep 2012 10:29:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy