décembre 8, 2022

Médias / Suite aux préoccupations de la presse internationale, Sy Savané rassure : ‘’L’affaire Désiré Tagro ne peut pas entraver les élections en Côte d’Ivoire’’

Photo : DR
Dans ses propos liminaires, Ibrahim Sy Savané a révélé à ses hôtes étrangers qu’il n’y a pas péril en la demeure. Il est vrai, dira-t-il, que des soubresauts sociopolitiques ont été constatés mais, cela contraste avec la situation générale de la Côte d’Ivoire. A côté de l’organisation des élections présidentielles qui demeure la « mère de toutes les attentes », le porte-parole du gouvernement a souligné qu’il existe des péripéties qui sapent le bon fonctionnement de l’Etat. Répondant à une interrogation consécutive au bémol que peut entraîner ‘’l’Affaire Désiré Tagro’’ dans le processus électoral, Ibrahim Sy Savané a dit : « Considérez cela comme quelque chose qui devrait contrarier toute la sortie de crise. Je pense que c’est une façon de voir, mais, ce n’est pas la nôtre. Aujourd’hui, les élections ne sont pas organisées pour des raisons cosmétiques mais c’est le socle même du pays qui est en jeu. Maintenant ce que vous décrivez, ce n’est que de la conjecture. J’espère que nous avons suffisamment de ressources intellectuelles, morales et spirituelles pour surmonter cela et amener le pays hors des zones de turbulences et hors de la crise ». Invité à se prononcer sur les propos du président du CES (Conseil économique et social), remettant en cause la présence de la presse étrangère en Côte d’Ivoire, le ministre Sy Savané a répondu : « Ce que je retiens de la déclaration du président Fologo, c’est que nos pays ont des efforts à fournir pour que leurs propres systèmes politiques audiovisuels puissent être à la hauteur. Au moment où notre système audiovisuel s’affaisse faute de moyens, il y a des systèmes en provenance de l’étranger qui sont l’essentiel de nos sources d’information. Il n’y a naturellement aucune remise en cause de notre politique d’ouverture en matière d’audiovisuelle ». Pour ce qui est de l’existence des médias dans les zones CNO, le ministre de la Communication a déclaré que le Cnca (Conseil national de la Communication Audiovisuelle) travaille d’arrache-pied afin que la situation se normalise. « Je peux vous dire que les télévisions et les radios qui se sont développées dans les zones CNO, vont s’inscrire dans l’ordre normal des choses. C’est une instruction qui nous a été donnée par le Premier ministre et nous sommes convaincus que nous allons y parvenir. Il n’est pas normal qu’au moment où tout est réunifié, de nouvelles entités de télévisions puissent naître en dehors du contrôle du Cnca », a rassuré le ministre Sy Savané, porte-parole du gouvernement

Krou Patrick

Fri, 09 Jul 2010 02:46:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy