février 8, 2023

Procès café-cacao / Cuisiné par le Tribunal, Amouzou accuse : ‘‘Sansan Kouao voulait me tuer… ‘’

Le procès café-cacao a s’est poursuivi hier mercredi 18 juillet 2012 avec l’examen des faits infractionnels. Le Tribunal présidé par Coulibaly Ahmed a cuisiné les ex-dirigeants de Fdpcc dont Henri Kassi Amouzou et Kouassi Théophile. A la barre, Henri Kassi Amouzou a fait une révélation de taille. «Sansan Kouao m’a dit en 2003: si tu démissionnes, je vais te tuer. C’est nous qui sommes au pouvoir. Tu n’as pas droit d’aller prendre tes chèques au guichet unique comme les autres structures car, si nous l’acceptons tu vas financer la rébellion». Telle est la réponse que Amouzou Kassi Henri a donnée au président du Tribunal qui voulait savoir ce qu’il a pu faire pour avoir accès aux chèques du Fdpcc logés au guichet unique en sa qualité de président du comité de gestion. Poursuivant, Amouzou affirme que des cargos de policiers et de gendarmes étaient postés devant sa maison au cas où il rendait sa démission. Pour lui, il avait les mains liées et il prend pour preuve l’attentat dont il a été victime. Dans cette confrontation directe entre dirigeants du Fdpcc (Fonds de développement et de promotion des activités café-cacao), Kouassi Théophile, Secrétaire Exécutif, a expliqué que la masse salariale était de 770 millions FCFA par mois pour 88 travailleurs. Selon lui, le Fpdcc a reçu 156 milliards FCFA pour son fonctionnement et le plus gros salaire était de 3 millions FCFA pour chacun des 3 directeurs après le sien. Avant cette confrontation, c’est Diomandé Sindou, expert-comptable contre qui, un mandat d’arrêt international a été lancé qui est réapparu au procès le mardi 17 juillet. Dans son face-à-face avec Kouassi Théophile, il accuse celui-ci de vouloir le tuer depuis 2008, s’il disait la vérité sur toutes les transactions faites par son cabinet SCO. Selon lui, l’expert-comptable (Diomandé) a bénéficié de 7,2 milliards FCFA de frais de missions du Fdpcc et c’est lui qui l’a présenté pour la première fois au ministre Amadou Gon à Paris. Le président a suspendu la séance qui reprend le lundi 23 juillet 2012 avec les faits infractionnels.

M.Ouattara in L’intelligent d’Abidjan

Thu, 19 Jul 2012 17:26:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy