Assassinat du journaliste Martinez Zogo – Après les pleurs et indignations, on fait quoi ?

Le journaliste Martinez Zogo est mort le 22 janvier 2023 parce que ceux qui étaient censés le protéger ont refusé de le protéger, parce que des gens dont il avait dénoncé la douteuse richesse avaient juré d’avoir sa peau, parce que quiconque ose critiquer la corruption au Cameroun et le pouvoir d’Étoudi s’expose inéluctablement à une mort violente. Zogo avait été enlevé par des tueurs à gages. On retrouva son corps déchiqueté et en décomposition 5 jours plus tard. Beaucoup de Camerounais redoutaient une telle issue.

Ce pays, que m’ont fait aimer Mongo Beti, Ferdinand Oyono, Francis Bebey, Fabien Eboussi, Jean-Marc Ela, Joseph Tchundjang Pouemi, Pius Njawe, Roger Milla, Théophile Abéga, Thomas Nkono, André-Marie Tala, Moni Bilé, Bébé Manga et tant d’autres, serait-il devenu un pays barbare ? Comment ne pas le croire après l’odieux assassinat de Martinez Zogo qui rejoint ainsi la cohorte des Camerounais atrocement mis à mort sous le régime de l’ancien séminariste Paul Barthélemy Biya ? L’animateur de l’émission “L’embouteillage” sur Amplitude FM a fini sa vie sur terre comme les abbés Jean Kounou et Materne Bikoa en 1982, l’abbé Joseph Mbassi, rédacteur en chef de “L’Effort camerounais “ et Maître Ngongo Ottou en octobre 1988, Mgr Yves Plumey en 1991, les deux religieuses françaises de Djoum en 1992, le jésuite Engelbert Mveng en 1995, Marthe Moumié, la veuve de Félix-Roland Moumié en 2009, Mgr Jean-Marie Benoît Bala en 2017. Jean-Marc Éla aurait subi le même sort s’il ne s’était pas exilé au Canada. En criant sa colère et sa douleur devant l’assassinat de Mveng dont il était proche, il avait mis sa propre vie en danger.

Tous ces crimes dont les enquêtes n’ont jamais abouti ne font pas du tout honneur au Cameroun. Biya est comptable de tout ce sang injustement versé parce qu’il n’a rien fait pour que les criminels soient arrêtés et punis comme il faut. Je n’adhère pas à la légende selon laquelle seul l’entourage du chef serait pourri.

Au Petit Séminaire d’Akono, Biya n’aurait-il appris et aimé que l’histoire de Caïn ôtant la vie à son frère Abel ? Comment les prêtres et les évêques catholiques camerounais continuent-ils de donner la communion à cet homme ? Pourquoi Jean-Paul II et ses successeurs l’ont-ils reçu sans problème ?

Dans l’article que j’avais consacré à Engelbert Mveng, je faisais remarquer que ce qui lui était arrivé pourrait arriver à tout autre Camerounais si le peuple camerounais ne se levait pas comme un seul homme pour se dresser contre ce régime prédateur et tueur, qu’il ne suffisait pas de s’indigner ou de dire, résigné, on va faire comment ?

Plein de personnes sont indignées par l’injuste élimination physique de Martinez Zogo. C’est bien mais pendant combien de temps sera-t-on en colère ? Pendant combien de temps dira-t-on que c’est inacceptable ? Les auteurs et commanditaires de la mort de Martinez Zogo, les laissera-t-on tranquilles jusqu’à ce qu’ils fassent de nouvelles victimes ?

“Toutes les dictatures, tous les terrorismes, tous les fascismes ont commencé parce que, devant les premiers viols du droit, on est resté muet”, affirmait l’abbé Pierre en 2004. Peut-être que Martinez Zogo n’aurait pas connu cette fin tragique si les Camerounais avaient réagi vigoureusement aux premiers assassinats.

Jean-Claude DJÉRÉKÉ

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy