décembre 7, 2022

Colloque sur le cinquantenaire/ Dressant le bilan de l’économie ivoirienne : Kouassy Oussou fustige la gestion du PDCI et célèbre la Refondation

Photo : DR
Dans son exposé sur l’évolution économique de la nation ivoirienne de 1960 à aujourd’hui, le DG de l’Economie, M. Kouassy Oussou, a dressé un bilan triptyque des 50 années de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Concernant la première période qui concerne les 20 premières années de l’indépendance, dites les années 60 et 70, le conférencier a affirmé qu’elles sont marquées par une relative prospérité. Seulement le modèle économique, qui reprend le modèle colonial, est orienté vers les exportations de matières premières, la création de quelques industries en substitution aux importations portées par des entreprises publiques ou des monopoles privés. « (…) Jusque de 1970 à 1980, la Côte d’Ivoire a connu un développement soutenu dans un environnement international favorable », a-t-il reconnu. Avant de déplorer : « La crise généralisée qui a frappé les pays africains à la fin des années 70, a mis tout le monde d’accord sur les carences de leurs modèles économiques de base (allusion faite aux dirigeants de l’époque). C’est l’approche libérale dominante qui l’emportera avec l’imposition des PAS : Programmes d’ajustement structurel) au cours des années 80». Durant cette période, qui marque la deuxième phase de l’économie ivoirienne, la crise économique et l’échec des Programmes d’Ajustement ont conduit à la dévaluation du franc CFA en 1994. Pis, selon Kouassy Oussou, jusqu’en 2000, le modèle économique découlant de la colonisation n’a pas fondamentalement changé et l’économie est restée fortement dépendante de l’extérieur. « C’est ce modèle économique qui entre en crise et s’effondre en 2000 », a-t-il déclaré.

A l’ère de la Refondation

Dès 2001, pour favoriser les conditions d’une relance soutenue de l’activité économique, le pouvoir issu de l’alternance politique (La Refondation) a tablé sur ‘’la philosophie de l’orphelin’’. C’est-à-dire que l’Etat bâtit son budget en comptant essentiellement sur ses ressources propres. « Avec la Refondation, les Ivoiriens ont appris à compter sur eux-mêmes, sur les richesses propres du pays. C’est le budget sécurisé qui a été élaboré en 2001. Ce budget était fondé sur les ressources propres et certaines. Seules les dépenses prioritaires inscrites au budget étaient exécutées », a-t-il soutenu. Expliquant également que ce modèle économique, qui rompt avec l’ancien modèle découlant de la colonisation, est fondé sur la diversification des sources de production de richesses. Notamment la promotion du développement des infrastructures de transport routier et ferroviaire, d’équipements portuaires et aéroportuaires, d’énergie électrique, et les technologies de l’information et de la communication. « La nouvelle économie repose en outre sur la modernisation de l’Etat, l’assainissement des finances publiques et l’amélioration du niveau des investissements. Elle repose aussi sur la poursuite de la réforme des principales filières agro-économiques », a souligné l’économiste refondateur. Formulant des propositions pour les prochaines décennies, M. Kouassy Oussou a affirmé qu’il faut parvenir avant toute chose, au règlement définitif du problème de la dette extérieure, et assumer l’ouverture sur l’extérieur et la mondialisation, par la diversification des partenaires et le renforcement de la compétitivité. Par ailleurs, a souhaité le DG de l’Economie, il faut réaffirmer les rôles respectifs de l’Etat et du secteur privé, et trouver la bonne articulation entre l’Etat et le marché

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan / Par David Yala, envoyé spécial à Yamoussoukro

Thu, 05 Aug 2010 02:59:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy