décembre 9, 2022

LAURENT GBAGBO à la CPI, mais il manque un !!!

Chaos qui dure depuis septembre 2002 et au cours de l’année 2011 le sang des jeunes Ivoiriens a coulé et coule encore dans la rue. Ce sang de ces jeunes Ivoiriens qui coule dans l’indifférence générale tant en Côte d’Ivoire qu’en Afrique ou dans le monde, nous inquiète au plus haut degré! Pourtant nous sommes dit bien dans un gouvernement dit de sortie de crise dont le chef vient d’effectuer une tournée dans plusieurs capitales africaines qui lui ont ouvert grandes les portes de leurs palais présidentiels sans aucun problème. Aussi son Premier ministre vient d’effectuer un voyage au siège de l’organisation planétaire l’ONU où il a eu droit à la parole, de cette grande instance internationale où il a pris sans aucune huée ou cri, la parole devant un parterre de représentants du monde entier il a essayé de se faire «l’ambassadeur de la paix retrouvée dans notre pays » et toujours à cette instance, il a été écouté sans jamais être sommé de rendre des comptes au sujet des tueries causées aux jeunes Ivoiriens confinés dans une situation de guerre. Ou depuis septembre 2002 il dirige une rébellion armée. La Côte d’Ivoire s’endormira encore cette nuit, ignorant tout du cauchemar auquel la nuit va donner naissance. Un cauchemar qui va encore sans doute hanter bien des nuits à venir! Oui quel avenir pour cette jeunesse ivoirienne jetée aux orties, aux affres les plus monstrueuses de la guerre et les FRCI, massacrent par-ci, des FRCI zigouillent par-là, encore des FRCI partout en train de commettre des crimes contre l’humanité! «Les FRCI ? Ils massacrent des enfants innocents en pleine rue. Car les représentants de leur système ont la réputation d’être intraitables et cruels «quand ALASSANE OUATTARA dit il fait» a dit. (…). Combien de ces jeunes doivent encore tomber sous les balles assassines des hommes en tenue FRCI pour qu’un jour nouveau puisse se lever dans ce cher berceau de nos ancêtres» aujourd’hui pris en otage (…). Combien de ces jeunes doivent encore mourir, combien d’enfants sans mère doivent pleurer, combien de temps notre peuple devra-t-il continuer à peiner pour que quelques-uns seulement puissent avoir un compte de milliers de milliards à la banque. Nous devons encore souffrir de voir ce gouvernement fanfaron célébrer sur le sang versé des jeunes, sur les tombes des jeunes sacrifiés comme récemment a VAVOUA et SIKENSI, sur les jeunes poussés sur le chemin de l’exil, de la soif, de la solitude et du désespoir leurs suffisances et leurs autosatisfactions puériles.
Un jour, chers jeunes Ivoiriens, jeunes morts zigouillés, nous exigerons une reddition de comptes, ne dit-on pas qu’il n’y a point de déshonneur pour celui qui sait mourir ? En attendant, ce jour nos larmes comme de longs fleuves intarissables coulent pour pleurer nos braves femmes et hommes nos fiers ivoiriens frères et sœurs morts en 2010 et 2011. Que la nature nous garde en 2012 d’une telle inhumanité. Sur ce, citoyens et citoyennes !!! Bonne et heureuse année 2012

Le leader de la légitimité citoyenne
DA CANDY LEPETITFILS
(en exil forcé)

Publié par L’Intelligent d’Abidjan

Tue, 10 Jan 2012 02:06:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy