janvier 28, 2023

Monsieur A.H. Konan Bédié, comment et que fait-on maintenant?

Le citoyen lambda l’aura remarqué : M. Bédié président de la république a trouvé que M. Alassane Dramane Ouattara est un étranger, et a même lancé Interpol à ses trousses. Feu Robert Guéï a eu le même comportement une fois le palais présidentiel par lui occupé (Et, Ou). Enfin Laurent Gbagbo, l’ex-allié au front républicain de M. Alassane Dramane Ouattara l’a taxé de vagabond de nationalité, dès qu’il a mis les pieds au palais du Plateau. Il devait donc y avoir une information insidieuse voire un dossier compromettant pour le sieur ADO dans les bureaux de ce palais pour que tous ceux qui y entrent en dehors de Houphouët-Boigny et bien sûr ADO lui-même, se comportent ainsi.
Il a suffit qu’un certain Jacques Chirac sur les bords de la Seine à Paris, instruise d’authentiques Ivoiriens pour que, plus par naïveté que par stratégie, ils se mettent à agir contre leur nation, leurs compatriotes, en formant le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Monsieur Chirac avait la haine du nationaliste Laurent Gbagbo, parce que ses prises de positions n’arrangeaient pas les intérêts français. Et comme les Ivoiriens pensent toujours que leur salut viendra de l’étranger, nos illustres hommes politiques de quatre partis de l’opposition d’alors, se sont ligués contre celui qui voulait que la nation ivoirienne ne soit plus sous le couvert d’une France qui cherche ses marques jusqu’aujourd’hui.
On peut dire que Messieurs Mabri Toikeusse et Anaki Kobenan n’ont pas l’expérience de M. Bédié encore moins la connaissance du dossier réel d’ADO sur sa mission et sa nationalité en Côte d’Ivoire. Qu’ils se laissent piéger par M. Chirac, peut se comprendre. Mais le doyen de la classe politique qu’est M. Henri Konan Bédié, peut-il nous instruire quant à ce qui a changé dans la situation d’ADO depuis le coup d’Etat du 24 décembre 1999 dont il a été la grande victime ? Est-ce parce que Laurent Gbagbo avait apprécié publiquement ce coup d’Etat comme étant salutaire pour le pays que Bédié lui voue une haine implacable jusqu’à vendre et l’âme de la Côte d’Ivoire et le parti que lui a laissé Houphouët-Boigny ? Celui qui ne sait pas et agit par simple idéalisme et celui qui pose des actes en connaissance de cause ne seront pas jugés pareillement devant l’Histoire. Si demain au sortir de la galère où le RHDP l’a mis, Laurent Gbagbo ne tire pas toutes les conséquences sur l’homme Ouattara et sa mission destructrice de la Côte d’Ivoire, alors nous lui poserons la même question qu’à M. Aimé Henri Konan Bédié…
(…) Bédié a laissé le pays dans la main d’un étranger appelé Alassane Dramane Ouattara. Celui-ci a joué habillement en disant qu’il gouvernerait sous sa responsabilité morale ; chose curieuse qui n’existe nulle part dans aucune loi ivoirienne, et le doyen Bédié a mordu à l’hameçon. Alors devant tout ce charivari que nous voyons dans notre chère Côte d’Ivoire, que dit M. Bédié ? Houphouët-Boigny était-il sanguinaire et menteur ? L’houphouétisme est-il compatible avec la politique de rattrapage ethnique, M. Bédié ? Votre houphouétisme n’est-il pas la honte de notre pays au XXIe siècle ? Quelle image laisserez-vous dans l’histoire de ce pays ? La même question sera posée au Woudy quand il sortira de prison, car lui aussi a joué avec le pouvoir d’Etat pendant dix ans. C’est son laxisme qui a donné droit de cité aux gens comme Hamadou cimetière qui se moquent de la douleur des Wês. Combien de temps faudra-t-il aux Ivoiriens pour démasquer intelligemment le dessein d’ADO ? Comme par hasard, le président Burkinabé voit ses compatriotes, Ourémi et autres bandits de grands chemins, mais il ne dit rien. Il fait actuellement le sourd-muet devant la tragédie des Wês.
Le Burkina a réussi à faire plier la Côte d’Ivoire. Il procède à une colonisation de peuplement à l’Ouest de notre pays, par la faute de nos dirigeant englués dans des querelles égoïstes. Ils n’avaient pas prévu cette hypothèse. Nos leaders préfèrent voir les immigrés profiter de nos richesses que de les laisser dans les mains d’authentiques ivoiriens. Houphouët a dû se retourner dans sa tombe en voyant M. Bédié se coucher devant Ouattara pour servir de marchepied. Aucun succès pour le parti dont il a hérité la présidence, il fait nommer un premier ministre baoulé-Burkinabé et s’en satisfait amplement. La honte de notre pays ! Cela existe-t-il ailleurs au profit des Ivoiriens ? Un exemple ?
A tous ceux qui pensent que notre position est hautement xénophobe, nous aimerions qu’on nous pose des actes de réciprocité. Que les autres pays accueillent des Ivoiriens au même titre que leurs ressortissants prétendent avoir des droits en Côte d’Ivoire. La solidarité en sens unique a un nom ; c’est de l’escroquerie morale…
Dans l’armée coloniale, les anciens combattants les plus aguerris, étaient les Wês. L’Histoire n’a jamais retenu des Dozos comme des combattants et d’ailleurs, ceux-ci n’ont jamais gagné ne serait-ce qu’une bataille. On les entend faire beaucoup de boucan à l’Ouest parce que la population n’est pas armée. En plus, les Malinkés n’ont rien à faire sur les terres des Wês, alors que dit M. Bédié ? Que faisons-nous M. Bédié ? Vivement le prochain congrès du PDCI pour nettoyer les écuries du parti pour mettre les éternels loosers à la retraite !

Louis-Freddy Aguisso (Extrait d’un citoyen en colère)

Sat, 28 Jul 2012 15:43:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy