décembre 4, 2022

RESPECTEZ L’ ACCORD DE PARIS – LIBÉRATION IMMÉDIATE DES PRISONNIERS POLITIQUES IVOIRIENS ! (Par Michel Galy)

A la suite de la mobilisation internationale pour la libération des prisonniers politiques, de nouveaux progrès viennent d ‘être faits à Paris- pour partie dus à une situation exceptionnelle de massacres à l ‘Ouest, mettant en difficulté le régime ivoirien devant l’extérieur.

En effet le durcissement du régime et sa campagne médiatico diplomatique à l’étranger se sont brisés net à l’annonce d’un carnage, encore indéterminé dans ses chiffres, dans la ville martyre de Duekoué- précisément dans le camp de Nahibly où des déplacés guérés ont été tués par des attaquants dyoulas , avec la complicité active des milices ethnotribales FRCI et des sanglants Dozos- et la passivité coupable des troupes de l’ONUCI complices objectifs des exactions.

Les mois précédents, le régime mis en accusation avait réagi par une fuite en avant dans la répression: en conséquence de quoi la condition des détenus politiques a connu une aggravation, tant au niveau de leurs modalités de détention qu’à celui des charges, aussi mensongères qu’ excessives , qui leur ont été notifiées.

On assiste clairement à une inversion des statuts de victime et d’accusé- ce qui contribue d’ailleurs à décrédibiliser davantage le régime: qui peut croire au chef d’accusation de « génocide » visant le professeur Aké N’Gbo Gilbert- exclu de toute décision militaire sous sa primature, au moment précis où les pro Ouattara massacrent de nouveau, et dans l’indifférence générale, à Duekoué?

Les médias français dominants, les organisations – “officielles” mais silencieuses, des droits de l ‘homme occidentales, les juridictions africaines ou internationales remplissent-ils leurs obligations en prenant la défense des prisonniers politiques ivoiriens- ou compromis et corrompus se discréditent-ils par leur partialité ?L’opinion qui juge à son rythme, les jugera tôt ou tard, car les bouches s’ouvrent et les dossiers du Coup d’Etat franco-onusien livrent progressivement leurs honteux secrets!

QUANT À NOUS NOUS EXIGEONS PLUS QUE JAMAIS -SUIVANT LES ACCORDS INFORMELS DE PARIS ENTRE PRESIDENTS FRANÇAIS ET IVOIRIEN- LA LIBERATION IMMEDIATE DE TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES!!!

En attendant cette libération- et le transfert humanitaire immédiat en France du binational Michel Gbagbo, nous demandons à toutes les institutions ou organisations – et singulièrement au gouvernement français d’imposer l’application immédiate des Conventions de Genève aux prisonniers politiques:

– transfert à Abidjan dans des conditions correctes, loin de leurs lieux de déportation nordistes ; communication libre avec les avocats et les familles.

– hospitalisation des malades épuisés par d’ignobles conditions d’incarcération ou des tortures comme l’ancien premier ministre Affi N’guessan ou l’ancien ministre Lida Kouassi

– annulation de toute procédure judiciaire menée par la « justice des vainqueurs » du régime,amnistie générale

– retour de tous les exilés politiques et des réfugiés

Au delà, seule leur réintégration dans le jeu politique ivoirien, le retrait des corps expéditionnaires Licorne et Onuci, l’ internationalisation de la sécurité du sort des peuples de l’ Ouest menacés de génocide permettront ,via de nouvelles élections , une vraie réconciliation en terre ivoirienne.

COMITÉ POUR LA LIBERATION DES PRISONNIERS POLITIQUES IVOIRIENS

Michel Galy

Fri, 03 Aug 2012 00:56:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy