décembre 7, 2022

Situation politique/ Libération de Michel Gbagbo, AffiN’Guessan, AkéN’Gbo…Une nouvelle tentative a échoué hier

Michel Gbagbo, fils de Laurent Gbagbo, de mère de nationalité française, l'un des otages du régime dictatorial de Ouattara, maltraité à Bouna où il est détenu
LE MINISTRE GNAMIEN YAO,porte-parole de cette délégation, a dit placer cette rencontre sous le signe de l’exception ivoirienne « faite de pardon, d’amour, d’humilité et de res- ponsabilité». « Au regard des charges que nous avons assumées dans ce pays, conscient que nul ne peut vivre sans nui- re et que l’objectif de tous et de chacun est de vivre en nuisant le moins possible, nous voudrions avoir à la bouche, le par- don de l’offense et plaider pour que la famille ivoirienne se retrouve dans sa di- versité. (…) Nous avons une seule do- léance, faire ce plaidoyer nécessaire pour la libération de nos sœurs et frères encore détenus afin qu’ensemble, dans la diversité renouvelée, nous donnions un sens au dialogue et au ‘’vivre en- semble’’, si chers à chacun de nous. Qui mieux que nous, peut plaider pour la li- bération de nos sœurs et de nos frères encore détenus ? Qui mieux que vous, monsieur le ministre d’Etat, peut accep- ter de s’investir dans ce processus com- plexe mais salutaire, vous dont la mis- sion auprès du Président de la Répu- blique est de donner quotidiennement le cap que doit prendre le navire ivoire dans l’espoir de garantir la paix sociale à l’intérieur de chacune des familles et au sein de la grande famille ivoirienne. Nous vous prions d’intercéder auprès du Président de la République», a plaidé l’ancien ministre de l’Artisanat. Avant de révéler : «Mes nuits sont troublées par les regards du président Affi N’guessan et de Michel Gbagbo lorsqu’ils me di- saient au revoir quand je quittais Boun- diali». Le ministre Hamed Bakayoko a dit être sensible à ce message soutenu, complété par la force et la justesse des mots. «Je me suis félicité de cette visi- te qui permettra de relancer le dialogue. Je transmettrai fidèlement l’entièreté de votre message au Président de la Répu- blique», a répondu le ministre d’Etat, mi- nistre de l’Intérieur. Hamed Bakayoko qui a apprécié la démarche de cette délé- gation de la LMP, a saisi cette occasion pour s’indigner contre l’attitude de certains cadres du Fpi (Front populaire ivoirien). «Tout est possible dans l’amour, dans le dialogue. Mais on ne peut rien obtenir dans l’arrogance, dans le mépris de nos compatriotes qui ont été meur- tris pendant la crise postélectorale. Quand il y a des gens qui ont été libérés après des démarches simi- laires et lorsque ces mêmes per- sonnes disent qu’elles ne doivent rien à personne, cela ne facilite pas la réconciliation. Ce n’est pas par la force que les choses vont se régler. On ne peut pas être à Accra et donner des leçons de courage à ceux qui sont à Abid- jan. Ils ne pourront pas faire libé- rer leurs camarades par l’arrogan- ce. Nous faisons notre part mais on ne doit pas nous demander l’impossible», a-t-il déclaré. Puis d’encourager la LMP sur la voie du dialogue et du bon ton. «La priorité du Chef de l’Etat, c’est la récon- ciliation nationale qu’il entend construi- re par la bonne gouvernance. Je vous in- vite à vous investir courageusement dans ce processus. Ce n’est pas facile, parce que dès qu’on tend la main au pouvoir, on affirme que vous avez trahi. Nous vous demandons de sensibiliser les autres qui n’ont pas encore emprunté votre chemin et qui sont encore sur leur position. Toutefois, je me félicite que cer- tains jeunes, proches de l’ancien pouvoir, les plus célèbres, ont décidé de re- joindre cette nouvelle dynamique. Il faut bannir l’arrogance. S’il y a un peu de repentance dans le comportement des uns et des autres, les choses vont aller très vite et on ira rapidement à la récon- ciliation», a conclu le ministre Hamed Bakayoko. Outre Gervais Coulibaly et Gnamien Yao, Dogbo Raphael, Akossi Akossi et Ange Dagaret faisaient partie de cette délégation de la LMP. Après cette nouvelle tentative de libération avortée hier de Michel Gbagbo, Affi N’Guessan, Aké N’Gbo et autres, la dé- légation de la LMP emmenée par Ger- vais Coulibaly, doit revoir sa copie.

R. Dibi in L’Intelligent d’ Abidjan

Fri, 10 Feb 2012 13:13:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy