janvier 28, 2023

Zimbabwe – Réélection contestée de Robert Mugabé

Au pouvoir depuis 1980, Robert Mugabe a été reconduit à la tête du pays samedi pour un nouveau mandat de cinq ans. © Maxppp
Avec 61 % des suffrages, Robert Mugabe a été réélu sans surprise président du Zimbabwe. A 89 ans, celui qui gouverne le pays depuis 1980 a été reconduit samedi pour un nouveau mandat de cinq ans. Son parti, la Zanu-PF s’adjuge en outre un peu plus des deux-tiers des sièges au parlement, permettant à la formation de Robert Mugabe d’amender à sa guise la Constitution.

Soupçons de fraude

Si les opérations de vote proprement dites se sont déroulées sans incident majeur, les soupçons de fraude pèsent sur cette élection pourtant validée par les observateurs africains. Près d’un million d’électeurs, sur 6,4 millions d’inscrits, auraient été empêchés de déposer leur bulletin dans l’urne.

Le candidat du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition), Morgan Tsvangirai, deuxième du scrutin, a rejeté les résultats de la consultation et annoncé que sa formation les contesterait devant les tribunaux. Il a fait part de sa déception lors d’une conférence de presse à Harare :

"Je pensais que cette élection allait résoudre la crise politique. Il n’en est rien. Elle a replongé le pays là d’où il venait."

Morgan Tsvangirai, qui a dirigé un "gouvernement de cohabitation" formé sous la pression internationale après les élections tumultueuses de 2008, a d’ores et déjà demandé à l’Union africaine et à la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) d’enquêter sur la consultation du 31 juillet.

Réactions inquiètes de l’Union européenne et des Etats-Unis

La nouvelle d’un nouveau mandat de Robert Mugabe a rapidement suscité les inquiétudes de l’Union européenne. "L’UE est préoccupée par les irrégularités présumées et les informations faisant état d’une participation incomplète, ainsi que par les faiblesses identifiées dans le processus électoral et le manque de transparence", a déclaré samedi dans un communiqué (en anglais) la porte-parole de la diplomatie européenne, Catherine Ashton.

De son côté, le secrétaire d’Etat américain John Kerry est allé plus loin, rejetant la validité du scrutin et expliquant que "à la lumière des substantielles irrégularités électorales rapportées par les observateurs nationaux et régionaux, les Etats-Unis ne pensent pas que les résultats annoncés aujourd’hui représentent l’expression crédible de la volonté du peuple du Zimbabwe".

L’Afrique du Sud félicite Mugabe

Bien loin de ces accusations de fraude, l’Afrique du Sud a salué dimanche la réélection de Robert Mugabe. Le président sud-africain Jacob Zuma a adressé à son homologue zimbabwéen "ses profondes félicitations", soulignant "les relations historiques, fortes, solides et cordiales" entre les deux pays frontaliers.

Il a également intivé "tous les partis politiques du Zimbabwe" à "accepter le résultat de ces élections que les observateurs électoraux ont décrit comme l’expression de la volonté populaire".

Une réaction peu surprenante quand on sait que cette année, au Zimbabwe, seuls des observateurs africains avaient été autorisés sur le terrain, notamment ceux de la communauté d’Afrique australe (SADC) au sein de laquelle l’Afrique du Sud joue un rôle clé.

franceinfo.fr

Mon, 05 Aug 2013 06:22:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy