août 13, 2022

Paris : « Comment contribuer au développement de l’agriculture africaine ? »

Une rencontre sur le développement de l’agriculture en Afrique s’est tenue mercredi 23 mars 2022 à Paris, dans le cadre de La conférence mensuelle des ambassadeurs d’Afrique , organisée par  l’agence AfricaPresse Paris . Plusieurs panélistes ont pris part à  la deuxième édition de ce rendez-vous, en vue de proposer des solutions à la problématique de la souveraineté alimentaire du continent, au moment où la guerre en Ukraine met une fois de plus à nu la dépendance de l’Afrique vis-à-vis de l’extérieur.

« La souveraineté alimentaire est au centre de  nos préoccupations, en ce qui concerne particulièrement le Cameroun, qui importe pour près de 800 milliards FCFA de denrées alimentaires, particulièrement le riz. Je crois que 60% du blé consommé au Cameroun provient de l’Ukraine. (…) Nous sommes très dépendants de l’extérieur», a confessé S.E. André-Magnus Ekoumou, ambassadeur du Cameroun en France.

Selon un rapport des Nations Unies, en 2050, la population africaine doublera pour atteindre 2,4 milliards et plus de la moitié aura moins de 25 ans. La démographie africaine est très jeune et la question de l’autosuffisance alimentaire se pose de façon aiguë. L’exploitation des ressources du continent, au profit de ses habitants, a occupé les participants, qui se sont penchés sur le thème :  « Comment contribuer au développement de l’agriculture africaine ? »

« Il est, aujourd’hui, plus que nécessaire d’explorer véritablement cette mine d’or qui est l’Agriculture, au Gabon et partout en Afrique. (…) C’est un fait indéniable, que l’immense variété des zones agro-écologiques, que compte le Gabon, est autant une richesse immense à plusieurs égards, qu’un défi à relever. En effet, le Gabon recèle d’un potentiel important, pour produire des denrées alimentaires variées et à même d’être commercialisées sur le marché intérieur et extérieur. Néanmoins, cette diversité devient un frein quand il faut trouver des solutions permettant d’assurer le développement agricole d’une manière générale », a fait remarquer S.E. Liliane Massala, ambassadrice du Gabon en France, qui intervenait dans un message vidéo. Elle était représentée à cette assemblée par Mme Antoinette Bouanga, 1ère Conseillère de l’Ambassade du Gabon.

Pour Sébastien Windsor, Président de l’APCA (Assemblée permanente des chambres d’agriculture), « depuis le début de cette crise du COVID, accentuée par la guerre ukrainienne, le sujet que l’on porte tous, au niveau de l’agriculture française, c’est le sujet de la souveraineté alimentaire, un sujet qui fait  résonance avec la thématique que vous êtes en train de discuter.  » Il soutient qu’ « on ne peut pas se préoccuper de la souveraineté alimentaire française et ne pas regarder ce qui se passe dans le reste du monde. Car « on essaye aujourd’hui de faire prendre conscience du besoin de souveraineté de l’ensemble des peuples. »

Lire la suite sur tribuneouest.com

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy