décembre 8, 2022

A un jour du meeting du FPI / Forte pression sur le maire de Yopougon : Le ministre de l`Intérieur décante la situation

Il était présenté comme le dernier verrou à faire sauter avant le meeting du Front populaire ivoirien (Fpi) prévu demain samedi 21 janvier à la place Ficgayo de Yopougon. Le maire de la plus grande commune de Côte d’Ivoire, Dr Yao Yao Bertin, détenait la clé qui devait ouvrir l’espace Ficgayo aux dirigeants et militants du FPI. Une clé que le premier magistrat de Yopougon n’avait pas encore donnée aux Réfondateurs, jusqu’à hier jeudi, à en croire le ministre Michel Amani N’Guessan, secrétaire général adjoint chargé de la sécurité, et président du comité d’organisation du meeting du samedi. « Malgré l’accord des ministres Hamed Bakayoko et Paul Koffi Koffi, c’est le maire qui a des problèmes. Je lui ai adressé des courriers, mais il ne m’a toujours pas fait de retour. J’essaie de le rencontrer, mais il me fuit », a souligné le ministre Amani joint par téléphone dans la journée du mercredi. Mais hier en fin de soirée, tout est rentré dans l’ordre, après une rencontre au cabinet du ministre d’Etat Hamed Bakayoko, qui a reçu les délégations du FPI et du maire de Yopougon. Au sortir de cette rencontre de conciliation, Michel Amani N’Guessan pouvait confier à la presse que la rentrée politique du FPI aura effectivement lieu le samedi 21 janvier 2012 à 10 heures à la place Ficgayo à Yopougon. Selon lui, les difficultés qui subsistaient au niveau de la mairie ont été levées grâce à la médiation du ministre Hamed Bakayoko. « Aujourd’hui, avec le maire de Yopougon et toute l’administration du maire, le ministre a bien voulu jouer le rôle de coordonnateur, sinon de médiateur. Pour que nous puissions accorder nos violons. C’est ce que nous venons de faire. Je crois qu’en Côte d’Ivoire la discussion permet toujours de s’entendre. Nous venons de discuter, de dialoguer, et enfin nous sommes tombés d’accord, pour que le FPI organise sa manifestation le samedi 21 janvier à la place Ficgayo », a dit Amani N’Guessan, qui a remercié le ministre pour sa médiation. Avant cela, au cours de la conférence de presse du lundi 16 janvier 2012, le ministre de la sécurité au FPI a souligné, parlant du meeting, que « certainement au-dessus du maire Bertin Yao Yao, il y a quelqu’un qui donne des ordres. En allant voir les ministres de l’Intérieur et de la Défense, je crois que nous l’avons délié. Et délié qu’il est, j’irai lui dire libère-toi ». Le maire de Yopougon se trouverait donc pris entre deux feux. Celui de l’autorité étatique, notamment la tutelle le ministère de l’Intérieur, désireux de maintenir la manifestation, et la pression de ses camarades du FPI. Amani N’guessan a même rappelé qu’étant militant du FPI, le maire Bertin Yao Yao a contribué à l’organisation du meeting à hauteur de 200.000 francs CFA, et promis 2.000 chaises et 20 bâches.

H.O in Soir Info

Fri, 20 Jan 2012 00:30:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy