décembre 4, 2022

Abalé Tawalé, depuis Paris: “Pourquoi j’ai arrêté la procédure de divorce”

• Est-ce vrai que tu as décidé de divorcer ?

– Oui, c’est exact ! J’ai engagé la procédure. Je l’ai même dit encore publiquement lors du concert d’Abou Galliet vendredi dernier à Villejuif.

• Tu t’es marié le 14 février dernier. Il y a à peine deux mois !

– (Il soupire) Oui, c’est vrai ! Mais dans la vie, on ne peut pas prévoir tout ce qui peut arriver.

• Alors, qu’est-ce qui n’a pas marché avec ton épouse Annick, pour arriver à ce clash ?

– Bon, il y a quelques semaines, on a eu une dispute à notre domicile à Maison-Alfort. Ma femme m’a accusé de sortir beaucoup, d’avoir des maîtresses et d’avoir même engrossé l’une d’entre-elles. Sans donner la moindre preuve de ses allégations. Je n’ai pas du tout apprécié et je le lui ai fait savoir. Je suis son mari après tout et on doit fonctionner sur la base de la confiance et non des ragots. On a tous les deux élevé le ton. Mais c’étaient des disputes de couple. Ça arrive dans tous les foyers.

• D’où vient alors que la police débarque chez vous ?

– (Quelque peu irrité) Voilà ! Comment pouvez-vous comprendre que pour une dispute de couple, madame se lève et appelle la police ? Que voulait-elle ? Que recherchait-elle ? Est-ce que j’ai tué quelqu’un ? C’est la police maintenant qui doit régler les problèmes dans les couples ? Ils sont venus, chacun s’est expliqué, les esprits se sont calmés et ils sont repartis. Mais j’ai trouvé le comportement de ma femme inadmissible. Parce que ce n’est pas ainsi que je vois la vie à deux, si la moindre dispute doit nous amener au commissariat.

• Et tu décides de divorcer …

– Tout s’est dégradé brutalement entre nous. Chacun a manifesté le désir de partir. On a décidé de se séparer et je suis allé prendre ma maison à Sartrouville, une autre banlieue de Paris. Et j’ai engagé la procédure de divorce.

• Etait-ce vraiment la bonne décision ? N’est-ce pas sur un coup de tête ? Ne fallait-il pas peut-être s’asseoir et discuter après la tempête ?

– C’est vrai qu’il y a eu la colère de part et d’autre. Et chacun a dit et fait ce qu’il voulait. Mais les parents de ma femme, nos proches et mon pasteur ont entamé une médiation entre nous. Ils m’ont demandé de suspendre la procédure de divorce. J’ai donné mon accord et je l’ai fait, en attendant de voir ce que leur médiation va donner. Si ça ne marche pas, le divorce sera prononcé.

• Mais dans cette affaire, tu n’as pas réellement trompé ta femme ? Tu n’as pas enceinté
une autre à Paris ?

– (Il s’énerve) Je vous dis que c’est absolument faux ! Ce n’est pas parce que je tourne beaucoup pour mes spectacles que je trompe ma femme. Encore moins enceinter une femme dehors. On est dans un pays de droit. Si je commets une telle faute en tant qu’homme marié, ça se saura et je le paierai cash.

• Tu as des reproches à faire à ta femme Annick ?

– Non, pas spécialement. A part ses accusations gratuites et le fait de nous exposer à la police française. Ce n’est pas ainsi qu’on construit un couple et une famille.

• Tu peux néanmoins reprendre avec elle si les choses s’arrangent ?

– Pourquoi pas ? Mais j’attends la suite de la médiation, pour voir si elle fait amende honorable. Elle semble d’ailleurs regretter ses propos et son comportement. Pour le moment, on n’est pas allé très loin et on n’a pas d’enfant. Si c’est pour vivre ensemble et se créer des problèmes, je préfère divorcer. Mais si c’est pour s’épauler et s’épanouir, comme on l’a décidé avant notre mariage, là je suis partant.

• Et ta carrière dans tout ça ?

– Bèh … Elle se porte bien. Elle avance. Je participe à beaucoup de spectacles en France, en Suisse, en Italie, etc. Mon nouvel album qui sera patchwork de musique et d’humour sortira à la fin du mois de juillet. Il sera suivi de “l’Abalé Tour“, début août dans plusieurs villes françaises. L’album porte les griffes de Koudou Athanase, Falla Falla et Fulgence Koffi.

• On ne te savait pas humoriste ?

– Bèh … Si ! Ce n’est pas une histoire de mode. J’ai ça en moi depuis Abidjan. Et le public l’a vu lors de mon passage à Bonjour 2014 de la RTI à Paris. C’est une autre facette de mon art que j’ai commencé à exploiter pendant mes shows à Paris. Avec les encouragements de Magnific et Chuken Pat.
 
Par téléphone par Eric Cossa


In Top Visages

Thu, 08 May 2014 19:19:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy