décembre 9, 2022

Affaire « Une dame tente de s’immoler devant la Présidence »:L’énergie du désespoir de RFI pour dédouaner Ouattara

Après la tentative d’immolation de dame Madjara Ouattara, mercredi dernier, à quelques mètres des grilles du palais présidentiel d’Abidjan, l’on était curieux de savoir quel traitement nos confrères de Radio France Internationale (RFI), ces « grands professionnels » du milieu, feraient de cet évènement inédit en Côte d’Ivoire. Auraientils eu le courage d’en parler avec objectivité ou plutôt botter en touche vu que le sujet brouille l’image d’Alassane Ouattara, un des gros clients de la « Radio mondiale » ? Après profonde réflexion sur la question, nos confrères parisiens ont donc choisi de couper la poire en deux : donner l’information tout en prenant soin de ne pas accabler le régime Ouattara. A ce jeu, l’exercice devient facile puisque le bouc-émissaire idéal, en la matière, n’est autre que le président Laurent Gbagbo, prédécesseur au trône, de l’actuel chef de l’Etat.
Et cela n’a pas raté, puisque RFI,hier matin, sur ses ondes abidjanaises, indiquait que l’infortunée Madjara Ouattara en était arrivée à ce geste de désespoir pour protester contre le non paiement d’une dette contractée par la présidence de la République, sous le règne du président Laurent Gbagbo.

Pourquoi vouloir coûte que coûte associer le nom de Gbagbo dans cette affaire si l’objectif n’est pas de dédouaner Ouattara, présenté par la même occasion comme le malheureux héritier d’une situation à laquelle l’homme serait complètement étranger ? Pour parler comme le petit abidjanais, on dirait : «Gbagbo vient chercher quoi dans votre affaire » ? A supposer même que la dette de dame Mandjara date effectivement de l’ère Gbagbo, pourquoi depuis trois ans que Gbagbo « le méchant» a laissé la place à Ouattara « le providentiel », la pauvre créancière n’arrive toujours pas à se faire payer par son « frère » Ouattara ? Au surplus que font les dirigeants actuels de la continuité de l’Etat ? Alassane étant venu réparer tous les torts causés par son prédécesseur aux Ivoiriens, comme le soutient la propagande du régime, pourquoi le cas Mandjara n’a-t-il pas encore trouvé grâce aux yeux du Prince d’Abidjan surtout que la concernée a, du reste, le don d’avoir le patronyme idéal ? Ces interrogations, on pourrait les multiplier à souhait, pour montrer la manipulation honteuse dont RFI, vient de
se rendre coupable sur ce coup-là.
Nos confrères auraient-ils voulu être plus professionnels qu’ils auraient saisi l’occasion pour dénoncer la mauvaise gouvernance sous Ouattara, qui se décline en clientélisme, népotisme, corruption et autres rattrapage ethnique.Autant de maux qui, en désespoir de cause, ont finalement poussé dame Mandjara Ouattara à la tentative d’immolation. Si sous Gbagbo, malgré les difficultés qu’elle aurait eues à entrer en possession de ses sous, elle n’a pas jugé bon de tenter l’épreuve de la mort, c’est qu’elle avait soit,l’espoir d’être payée un jour, ou soit, qu’elle avait de quoi vivre en attendant le grand jour, le « jour de son jour », selon la belle expression de la rue abidjanaise. Selon toute vraisemblance, c’est cette espérance qui a aujourd’hui fui les Ivoiriens, depuis que Ouattara est aux affaires. C’est pourquoi,
Mandjara Ouattara,- qui selon des témoignages concordants serait une militante active du RDR, proche d’un certain Issiaka Ouattara dit ‘’Wattao ‘’’a voulu se donner la mort, profondément déçue d’un régime dans lequel elle avait fondé tant d’espoirs.
C’est cela la vérité. Tout le reste n’est que raccourci honteux et propagande mensongère.

In Aujourd’hui

Mon, 26 May 2014 03:22:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy