novembre 29, 2022

Assemblée nationale / Clôture de la 1ère session ordinaire : Les députés de l’opposition claquent la porte

Photo : DR
Le rififi continue à l’Assemblée nationale. La séance de clôture de la première session ordinaire s’est déroulée, comme ce fut le cas lors de la plénière, dans le brouhaha et le désordre meublé d’injures et d’invectives le 20 juillet dernier. De prime abord, la vice-présidente de l’Institution, Mme Ago Marthe, qui présidait la rencontre a souhaité que les députés examinent et adoptent le procès verbal (PV) de la plénière du mardi 20 juillet 2010 avant de débattre sur l’ordre du jour. Prenant la parole, Kobenan Kouassi Adjoumani, le président de la Commission des affaires sociales et culturelles s’est dit victime d’injures le mardi 27 juillet dernier de la part de Mme Ago Marthe qui l’a traité de ‘‘Kouassia fouê’’, fou (en langue baoulé) et insulté son père et sa mère au terme de la Conférence des présidents. Il a posé comme préalable que la vice-présidente lui présente des excuses. Objection, dira le président du Groupe parlementaire Loyauté, Dagnogo Idrissa. Ce dernier a indiqué que Mme Ago Marthe a peut-être proféré des injures à l’encontre d’Adjoumani, parce qu’elle a été agressée par celui-ci. « Nous avons un comportement à avoir envers les femmes qui nous ont mises au monde », a-t-il laissé entendre. Malgré la réticence des députés de l’opposition qui ont fait remarquer que « l’ordre du jour est établi par le président de l’Assemblée nationale après l’accord de la Conférence des présidents, la première vice-présidente a vidé d’abord le point sur l’examen du PV de la plénière avant d’inviter les députés à faire des observations sur l’ordre du jour intitulé ‘‘Proposition de résolution du parlement ivoirien sur l’interdiction des mutilations génitales féminines à présenter à la 65 ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies’’. Dénonçant un vice de procédure, les députés de l’opposition sont sortis de la salle. Adjoumani s’est ensuite confié à la presse. Le président de la Commission des affaires sociales et culturelles a martelé que la pomme de discorde provient de la conférence des présidents. « Hier (mardi 27 juillet) à l’occasion de la rencontre des présidents, nous avons posé un préalable pour condamner l’attitude de la vice-présidente qui fait des amalgames entre la suppléance en cas d’empêchement et la représentation en cas d’absence. La notion de suppléance va jusqu’au remplacement du président empêché, par un nouveau président. On lui a rappelé cela et de façon unilatérale, elle lève la séance. Au sortir de la salle, elle profère des injures », a-t-il déclaré. Pour l’ex-ministre de la production animale, Mme Ago Marthe n’a aucune notion du droit. Il a fait savoir que lui et ses pairs ne participeront plus à une rencontre présidée par la première vice-présidente. « M. Koulibaly ou rien. Je voudrais aussi dire au président Koulibaly que lorsqu’on prend le courage de dénoncer, il faut aller jusqu’au bout. Il ne vient plus pour savoir ce qui se passe. Il est à la maison. Il faut qu’il vienne jouer son rôle, parce que avec Mme Ago, c’est n’importe quoi», a-t-il estimé. En dépit du boycott de l’opposition, les autres parlementaires ont poursuivi les travaux sur la proposition de résolution du parlement ivoirien sur l’interdiction des mutilations génitales féminines présentée par Mme Bamba Massany, député de Port-Bouet. A l’issue des débats, la résolution a été adoptée par acclamation

Touré Abdoulaye

Encadré

70 millions de FCFA offerts
Le Club des parlementaires ivoiriens amis des pays du Golf (Cpiag) a décidé de voler au secours du président de l’Assemblée nationale après l’incendie de ses bureaux. Cette structure a remis, au cours de la clôture de la 1ère session ordinaire le mercredi 28 juillet 2010, un chèque de 107 000 Euros équivalent à 70 millions de Fcfa. Donnant les raisons qui l’ont motivé à remettre 70 millions au président de l’Assemblée nationale pour la réhabilitation de ses bureaux, le président du Cpiag, Fregbo Basile, a expliqué qu’il s’agit pour lui et ses pairs d’exprimer leur soutien au professeur Mamadou Koulibaly. Alors que les autres députés les vilipendaient et les combattaient, le premier responsable du parlement ivoirien, dira t-il, les a toujours soutenus dans leurs initiatives. Il a précisé que le Cpiag est apolitique, puisqu’il est composé de 11 députés issus du Fpi, du Pdci, de l’Udpci et du Codemci. Selon Fregbo Basile par ailleurs député de Sassandra, le Cpiag qui existe depuis 2000 a mené plusieurs autres actions en faveur du développement de la Côte d’Ivoire, notamment le déblocage du financement du prolongement de l’autoroute. Aussi, le président du Cpiag a-t-il invité l’Etat ivoirien à diversifier ses partenaires en allant plus vers les pays du Golf dont l’Arabie Saoudite qui financent des pays sans rien attendre en retour. « Des pays du Golf peuvent nous aider sans vouloir faire main basse sur notre eau et notre électricité », a-t-il souligné. Avant d’annoncer la tenue dans les prochains jours du Congrès constitutif du réseau des parlementaires africains amis du Golf

TAB

Avec le partenariat de l’Intelligent d’Abidjan

Thu, 29 Jul 2010 02:05:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy