décembre 9, 2022

CAN 2012 – Côte d’Ivoire – Guinée équatoriale : l’affiche inattendue des quarts de finale

Qui pouvait présager que la Côte d’Ivoire retrouverait la Guinée équatoriale en quart de finale ? Cette affiche, inédite dans une CAN, paraît totalement déséquilibrée. D’un côté, des Eléphants qui font partis des grands favoris, et ce, bien avant que la compétition ne commence. De l’autre, une équipe équato-guinéenne, classée à la 150ème place du classement FIFA.

Le Nzalang Nacional croit en ses chances

Pourtant, François Zahoui, le sélectionneur ivoirien, ne tient surtout pas à crier victoire avant cette échéance capitale. « La première erreur à éviter, c’est de croire que c’est une équipe faible. Cette équipe est un bon bloc. On s’attend à un match difficile, avec des adversaires qui joueront à 300% de leur capacité ».

Et c’est bien cet aspect qui à de quoi inquiéter les Ivoiriens. Le Nzalang Nacional ne joue pas sur ses qualités techniques ou physiques, mais avec le cœur, avec du courage et de l’abnégation afin de donner un peu de joie à ses supporters. Pour Paulo Gilson, le sélectionneur de la Guinée équatoriale, s’il y a un favori, c’est bien la Côte d’Ivoire. « C’est une équipe composée de grands joueurs. Ce sera un match difficile et spécial ».

Et à la question, est-ce que c’est le pire adversaire que vous pouviez rencontrer, il répond par l’affirmative tout en expliquant que le Sénégal est également une grande équipe, et pourtant le Nzalang est parvenue à remporter leur confrontation en phase de poule. « On fera tout notre possible pour gagner. Après la victoire face au Sénégal, on peut espérer battre la Côte d’Ivoire ». Le sélectionneur équato-guinéen ne veut pas créer trop de pronostique, mais il pense que ses joueurs ont les moyens d’aller en demi-finale.

Du côté des Eléphants, François Zahoui s’attend à une rencontre compliquée, face à un adversaire qui sera poussé par un public totalement acquis à sa cause. Pour le sélectionneur ivoirien, il n’y a pas de petites équipes à ce stade de la compétition : « Quand une équipe arrive en quart de finale, ce n’est pas par hasard. En plus, elle joue chez elle, donc ce sera encore plus difficile ». Pour les Eléphants, l’objectif initial de remporter la CAN 2012 reste d’actualité, mais pour le Nzalang, le cap fixé en début de compétition était d’atteindre les quarts de finale. Ce but désormais atteint, la pression sur le staff et les joueurs du Nzalang devrait être moindre.

Zahoui va devoir trancher

Une pression qui, par contre, ne délaisse jamais les Ivoiriens. Le sélectionneur sait que ses joueurs sont très attendus au pays. Lui-même va devoir prendre des décisions radicales concernant le onze qu’il alignera samedi soir. En phase de poule, les Eléphants, bien qu’auteur d’un parcours exemplaires, ont semblé souffrir face au Soudan et au Burkina Fasoo. Alors que lors de la dernière rencontre face à l’Angola, et avec une équipe bis dans laquelle seul 2 titulaires avaient été conservés, les ivoiriens ont totalement maitrisé les débats, avec un jeu fluide, des ailiers performants et une efficacité redoutable devant le but.

« La concurrence est très forte, j’ai un problème de choix, mais c’est un problème de riche. Je prendrai en compte, avec l’aide du staff médical et de mes collègues, de la forme du moment ». D’ailleurs, après la victoire des Eléphants face aux Palancas Negras, il avait déjà avoué qu’il allait certainement être victime d’insomnie quant au choix des joueurs. Wilfried Bony, très bon lors de cette dernière rencontre, devrait avoir sa chance. Mais rien n’est moins sur lorsqu’on compte dans ses rangs des joueurs de la trempe de Didier Drogba, Gervinho, Kalou, Yaya Touré.

Samedi 4 février, une surprise n’est pas à exclure. Et puis n’oublions pas que ce match se tiendra dans le petit stade de Malabo (15 200 places). La CAF redoute des problèmes devant le stade où des milliers de supporters sont attendus. Côté terrain, le vainqueur de ce quart de finale se rendra ensuite à Libreville pour affronter le vainqueur de la rencontre entre le Gabon et le Mali. Et si les deux pays organisateurs se retrouvaient face à face en demi-finale ?

RFI

Fri, 03 Feb 2012 18:50:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy