novembre 27, 2022

Cour pénale internationale : Folles rumeurs sur l`arrestation de Soro

« Où est passé Guillaume Soro ? A-t-il été arrêté ? Ou encore Ouattara l’a t-il livré à la CPI (Cour pénale internationale ndlr) ? ». Les questions fusaient de partout le week-end dernier, faisant crépiter les téléphones sans cesse. Les unes voulaient savoir ce qui était arrivé au Premier ministre Guillaume Soro, les autres, péremptoires, annonçaient son arrestation, en prenant soin par moment d’y ajouter la mention « à vérifier ». D’autres encore indiquaient qu’il s’est retranché à Bouaké, fief de l’ex-rébellion qu’il a dirigée. Comme une trainée de poudre en effet, la rumeur d’une arrestation du patron des Forces nouvelles a envahi la Côte d’Ivoire, allant même au delà de ses frontières. Ces rumeurs laissaient croire que le chef du gouvernement ivoirien se trouve désormais dans le collimateur de la justice internationale, qui se préparerait à mettre le grappin sur lui et à le conduire à La Haye auprès de Laurent Gbagbo, l’ancien président ivoirien, qui y séjourne depuis le 30 novembre 2011. Les mêmes rumeurs expliquent que le chef de l’ex-rébellion des Forces nouvelles ayant flairé le coup de la CPI a tout simplement renoncé au voyage qu’il devait effectuer à Malabo en Guinée Équatoriale, pour suivre le match des Éléphants, comptant pour les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2012. Après vérification, il ressort que Guillaume Soro a effectivement abandonné le voyage de Malabo, qui était pourtant prévu et fin prêt pour le vendredi 03 février dernier dans la soirée. «Il devait aller à Malabo aujourd’hui. Tout était prêt, mais à la dernière minute, il a annulé le voyage. Il dit qu’il attend les démi-finales », a informé une source bien introduite auprès du Premier ministre. Soro savait-il que les Éléphants se qualifieraient pour les démi-finales ? Redoutait-il une arrestation, une fois sorti du pays, comme le laissaient entendre les rumeurs du week-end dernier ? Mystère ! Toujours est-il que cette volte-face du leader des Forces nouvelles a ouvert le boulevard à toutes sortes d’interprétations. Depuis quelques jours, des informations de plus en plus récurrentes indiquent que Guillaume Soro est inscrit sur la liste de la CPI. Il devrait y rejoindre l’autre gros protagoniste de la crise post-électorale, à savoir Laurent Gbagbo, qui a fait plus de 3000 morts, selon les chiffres officiels. Ce serait là une façon pour la Cour pénale internationale d’établir son impartialité et sa crédibilité dans le traitement du dossier ivoirien. Dans certains milieux politiques et diplomatiques, il se susurre d’ailleurs que le sort de Soro est scellé. Il ne devrait plus être reconduit à la Primature, encore moins atterrir au perchoir. Il serait donc le prochain pensionnaire de la prison de Scheveningen. « Son problème, c’est que les blancs ne veulent plus de lui », a-t-on appris de source bien informée. De son côté, Guillaume Soro semble afficher une attitude de philosophe face à toutes ces rumeurs véhiculées sur son compte. Il ne rougit pas à l’idée d’un départ de la Primature ou d’un éventuel transfèrement à la CPI. En tout cas, les propos qui lui sont attribués dans les colonnes du confrère L’intelligent d’Abidjan du samedi 04 février dernier, ne sont pas ceux d’une personne ébranlée. Mais plutôt de quelqu’un qui est prêt à consentir tous les sacrifices. « Je suis serein, car j’ai confiance au président de la République. La force d’un chef d’Etat est d’avoir des fusibles ; normal que le président de la République s’en serve. Il n’y a qu’un seul chef dans ce pays, c’est le président Alassane Ouattara. Je suis fier de le servir, et d’être à ses côtés. Je sers mon pays sous son autorité et sous sa direction, et je suis prêt à accepter tout ce que le président de la République décidera. Ne vous mettez aucune pression pour cela, et ne tentez pas de mettre aussi la pression », aurait-il confié à des proches, le vendredi 03 février. Soro se voit donc comme un fusible qui peut être grillé à tout moment. Son sort se trouve donc lié à une décision du président Ouattara. Sur la question, le président ivoirien avait indiqué qu’il en discutera avec son aîné Henri Konan Bédié pour décider « dans l’intérêt supérieur de la nation » de ce qu’il faut faire de Guillaume Soro. En attendant, des rumeurs, tels des ballons d’essai, sont lancées pour voir l’impact de la mise à l’écart d’un Soro encore trop fort dans le système Ouattara.

Hamadou ZIAO in L’Inter

Mon, 06 Feb 2012 01:19:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy