Décès d’un malade au Chu de Treichville, avant-hier: Bagarre entre parents et infirmiers Plusieurs dégâts matériels enregistrés

Les urgences médicales du Centre hospitalier universitaire (Chu) de Treichville se sont transformées en foire d’empoigne. En effet, parents de malades et infirmiers de permanence en sont venus aux mains, dans la nuit du mardi 7 au mercredi 9 août 2012.
De fait, Dieng Al Babakar, âgé de 17 ans et Gaye Amadou Lamine (18 ans) qui n’ont pas digéré le décès de l’un de leur frère Gaye Narr (mécanicien à Ivoir Garage autoroute), dans lesdits locaux, peu après 3h30mn du matin « pour non assistance » ont violemment interpellé les deux infirmiers de garde.

Ces échauffourées entre parents de malades et infirmiers de garde ont non seulement attiré l’attention des personnels et autres accompagnateurs mais ont provoqué des dégâts matériels. Il s’agit de la baie vitrée située à l’entrée des urgences qui a été brisée et le formica du chariot qui a été violemment arraché. Il faut dire que le défunt qui a été conduit au Chu, le samedi 4 août 2012, était dans un état inquiétant, de sorte qu’il a été admis aux urgences médicale.

De sources médicales, il lui est fait une transfusion. Toutefois, dans la nuit du mardi à mercredi, son état de santé se dégrade jusqu’à ce qu’il soit pris de convulsions, avancent les mêmes sources. Ses deux jeunes frères font appel aux infirmiers de garde. Malheureusement, avant l’arrivée des agents de santé, Gaye Narr décède.

Ces deux jeunes, encore sous le choc et inconsolables, ne peuvent admettre ce qu’ils qualifient de ”non assistance à personne en danger” qui a conduit à la mort de leur frère. Les violentes disputes et les échanges houleux font place à des échauffourées. Informé du grabuge causé par les antagonistes, le surveillant général, un certain Kra, fait appel aux Forces de l’ordre. Peu après 4h du matin, les Policiers qui se sont déportés sur les lieux arrêtent les deux frères qu’ils conduisent au violon du commissariat du 4ème arrondissement.

Les autres parents, sur place, crient leur indignation et à l’injustice, et interpellent les autorités ivoiriennes sur l’attitude « inhumaine » des agents de santé. Selon de sources concordantes, au niveau du Chu comme au ministère de la Santé et de la Lutte contre le Sida, une enquête est ouverte pour situer les responsabilités afin que pareille situation ne se reproduise.

M’BRA Konan in Soir info

Fri, 10 Aug 2012 21:10:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy