décembre 1, 2022

Des trafics illégaux prospèrent en Côte d’Ivoire, selon l’ONU

Abidjan, la capitale économique de la Côte d'Ivoire. © Zenman/Wikipédia
Factures à l’appui, des entreprises ivoirienne, française, canadienne mais également israélienne sont accusées d’avoir fourni ce matériel au pouvoir ivoirien. Mais pas seulement. Le Burkina Faso est aussi clairement visé. Ouagadougou a enfreint l’embargo, dit le rapport, notamment avec la fourniture de 540 lance-grenades, pourtant commandées à l’origine par la présidence burkinabè.

La délégation onusienne a également repéré à Abidjan de mutiples véhicules suspects, achetés dans le passé, mais modifiés à des fins militaires. Le rapport publie par exemple des photos de pick up équipés désormais de mitrailleuses lourdes. Enfin, les experts ne cachent pas certaines craintes. Notamment celle d’armes stockées dans le Nord, à la frontière avec le Burkina, en cas de nouvelle crise. Ils mentionnent au passage le cas de milices ivoiriennes et de mercenaires libériens toujours actifs.

Trafic d’or et de diamants

Dans leur rapport, les experts de l’ONU pointent également différents trafics illégaux. Selon eux, d’anciens chefs rebelles, aujourd’hui officiers dans l’armée profitent de ces détournements. Issiaka Ouattara, alias Watao contrôlerait l’extraction artisanale d’or dans la ville de Doropo, site exploité au titre d’une « concession » par des ressortissants burkinabé. Il en aurait cédé les « droits d’exploitation » pour 25 millions de francs CFA (50 000 dollars), et perçoit en sus des revenus mensuels qui s’élèvent à 60 millions de francs CFA (120 000 dollars). Il serait aussi impliqué dans le trafic de diamants à Séguéla et Tortiya. D’autres ex-commandants de zone comme Losseni Fofana tremperaient dans le trafic de cacao et de bois. L’ancien commandant de zone de Bouna, Morou Ouattara, alias «Atchengué », le frère de Wattao, serait également impliqué. L’argent récolté servirait à l’enrichissement personnel des ex-rebelles. Mais les enquêteurs craignent aussi l’achat illégal d’armes.

Le groupe a recueilli des informations auprès de multiples sources fiables, indiquant que la chaîne de commandement autorisant l’extraction artisanale et illégale de l’or conduit à des membres importants des forces de sécurité de la Côte d’Ivoire à Abidjan. Ces individus ou leurs associés organisent un trafic de l’or, y compris la concession de parcelles aux fins de l’exploitation et de la vente de l’or.

A qui profite le crime ?

Les restrictions imposées par le Conseil de sécurité dans sa résolution 1643 (2005) et réaffirmées dans sa résolution 2101 (2013) ne permettent toujours pas de prévenir le trafic des diamants bruts ivoiriens. La production artisanale de diamants dans les zones d’extraction de Séguéla et Tortiya se poursuit. Le Groupe a été en mesure de localiser les réseaux commerciaux à Séguéla qui achètent puis exportent illégalement des diamants bruts en passant par les États voisins.

Le groupe est à même de confirmer que les principaux négociants de diamants à Séguéla payent des éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), sous le commandement d’un capitaine connu sous le nom de « Delta » et d’un lieutenant Djomane Ayba, deux seconds de l’ancien commandant de zone Wattao, pour être autorisés à faire le commerce des diamants bruts et à les exporter illégalement.
Lire la suite

Mon, 28 Apr 2014 04:03:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy