décembre 9, 2022

Elections présidentielles / Fologo aux Ivoiriens de la Diaspora :‘’Votre vote n’est pas déterminant pour les résultats en Côte d’Ivoire‘’

Photo : DR
C’est donc un habitué des grandes rencontres internationales qui représentera le Chef de l’Etat ivoirien lors du 25e sommet Afrique-France, qui se tiendra du 31 mai au 1er juin prochain à Nice (France). Arrivé à Paris depuis le 9 mai 2010, le président du RPP (Rassemblement pour la paix) va mettre à profit son long séjour français pour entretenir la Diaspora ivoirienne sur les derniers développements de l’actualité en Côte d’Ivoire. A son arrivée à l’aéroport de Roissy Charles De Gaulle, le nouveau président d’honneur de l’Union des Houphouétistes pour le dialogue (UHD) s’est prononcé. Face aux Ivoiriens venus l’accueillir tôt le matin (6h30mn, heure de Paris), Fologo déclare : « L’électorat de la Diaspora n’est pas déterminant pour les résultats ; mais il est important que l’on sache l’image de chacun à l’extérieur… On n’attendra pas le résultat de New-York, de Paris ou de Londres pour savoir qui a gagné les élections… » Voilà le message que le président du RPP, membre de la Majorité Présidentielle (LMP) entend communiquer aux 100 milles Ivoiriens vivant en France, le 29 mai prochain, au cours d’un grand meeting à Paris. Nous vous proposons l’intégralité de son mot de bienvenue tel que délivré à son arrivée à Paris.
« Nous sommes tout à fait réjouis et honorés d’être accueillis comme ça. On espérait vous voir, mais pas maintenant. Comme je vous l’ai dit, je vais être absent pendant quelques jours, puis je reviens. Nous allons faire ce rassemblement que j’espère grand. Et d’ici, j’irai représenter le président au sommet France-Afrique à Nice à la fin du mois. Après le sommet, je reviens ici. Il y a deux autres possibilités. Les gens de Londres ont écrit pour demander également leur installation ; c’était pour le 29. Mais je leur ai dit que j’avais déjà donné mon accord pour ici. Par contre, les femmes de Lyon, si j’annule l’Angleterre, probablement, je serai là-bas. Et c’est le 5. Eventuellement ç’a l’air bien organisé. Et comme c’est notre ami Anicet qui gère ça. Après ça je vais rentrer. En espérant que les choses se soient bien passées d’ici là. Puis qu’il y a ce fameux 15 dont tout le monde parle. Non, il n’y aura rien. Ils effraient, mais je crois qu’il n’y aura rien. Ce n’est pas qu’on marche qui me gêne. Mais actuellement nous sommes demandeurs. Nous voulons que la BAD revienne. La Bad revient, c’est les emplois, c’est des locations de maisons. Vous avez tous les petits personnels, coiffeuses, vendeuses de fleurs. Quand une grosse organisation comme ça s’en va, il faut dire que des gens sont au chômage. Et nous allons faire le maximum pour qu’ils reviennent. Et pour qu’il en soit ainsi, il faut que le pays soit en paix. Et si à la veille de leur arrivée, vous prouvez que vous avez encore des problèmes, ils vont dire, ah, on va attendre un peu. C’est le seul point qui nous gêne là bas. Surtout l’affrontement. On vient de voir la fête de la liberté. Il y avait un monde fou. Avant, nous avons fait des tournées dans chaque région et nous avons tenu des discours rassembleurs. Il faut tourner la page. D’ailleurs c’est dans ce contexte que nous devons rester. Tant que le président de la république n’est pas élu, il ne sert à rien de tenir des discours belliqueux. Il faut rassembler. Vous savez, le succès vient du nombre de personne dans la salle. Si la salle est pleine, s’ils sont sérieux ; Eh bien, on réussit. Moi j’ai l’habitude, mais j’avoue que cet aspect là est important. Il ne faut pas négliger. C’est peut-être plus important que ce que je vais dire ; comme c’est la première fois qu’on fait sous cette forme là, il faut qu’il y ait beaucoup de monde » a-t-il dit à la modeste délégation composée en grande partie des membres de son parti, le RPP avec à sa tête son représentant en France, monsieur Houla Tidiane. Celui-ci donnera à son tour les nouvelles de Paris. «Nous, on veut les Ivoiriens nombreux qui vont voter Gbagbo », insiste Fologo. Répondant à la préoccupation d’un confrère qui lui demandait, son message aux Ivoiriens de France, Fologo déclare :« Vous savez que la Côte d’Ivoire repart, peut-être lentement, mais sûrement sur la voie qui doit nous conduire aux élections. C’est vrai que la sortie de crise est longue ; elle avance tout doucement. Mais nous tenons à des élections propres, à des élections justes, donc à une liste électorale, elle-même propre et juste. Nous avons dit qu’aucun Ivoirien qui a l’âge de voter et qui jouit de ses droits civiques ne doit pas être laissé sur le bord de la route. Nous avons dit aussi que toutes les personnes qui ne remplissent pas ces conditions ne doivent pas être sur la liste. C’est pas compliqué. C’est très simple. C’est difficile parce que la Côte d’Ivoire est un pays de brassage, un carrefour. On le sait, la politique que nous avons suivie jusqu’ici avec le président Houphouët-Boigny avait permis à cette époque de rassembler toutes les communautés africaines en Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, nous payons le prix de cette générosité et cette ouverture. Mais nous ne le regrettons pas, parce que nous sommes pour l’intégration africaine. Mais il faut que chacun se mette à sa place pour faciliter cette intégration. Nous sommes le seul pays de la sous région où l’intégration a été traduite dans les faits. On a vu des Ministres non Ivoiriens, des fonctionnaires non Ivoiriens, des hauts serviteurs de l’Etat non Ivoiriens. Mais c’était faisable. Aujourd’hui, il faut mettre de l’ordre, au fur et à mesure qu’on évolue. C’est cela qui retarde un peu les élections. Nous sommes obligés d’être vigilants. Plus on est au carrefour, plus on est vigilant et je sais que nos frères de la Diaspora le savent. Aujourd’hui avec Internet, avec tous les moyens de communication, vous suivez presque au jour le jour ; Je dirai même presque heure par heure. Mais il est quand même bon que de temps en temps, ceux qui sont à la tête ou au cœur de cette opération ou de cette grande marche en Côte d’Ivoire viennent vous voir. Vous savez, l’électorat de la Diaspora n’est pas déterminant pour les résultats ; mais il est important que l’on sache l’image de chacun à l’extérieur. Nous n’attendrons pas peut-être même les résultats de New York, de Paris ou de Londres pour savoir qui a gagné les élections. C’est comme ici, quand on vote, on n’attend pas les résultats des DOM-TOM, on sait déjà qui a gagné. Mais le vainqueur à Paris, à Londres, à New York, c’est important que vous le sachiez. Et cela nous permet de savoir comment nos frères Ivoiriens à l’extérieur nous perçoivent. C’est pour cela que j’ai accepté de répondre à l’invitation de mes amis de RPP et avec eux de toute la diaspora, ce qu’on appelle aujourd’hui en Côte d’Ivoire, la Majorité Présidentielle (LMP) si vous n’êtes pas encore habitués à ce sigle, il faut l’apprendre. Le noyau c’est le FPI, mais aujourd’hui ce sont 12 partis et organisations qui sont rassemblés au sein du CNRD et c’est ce qui a donné naissance à LMP. Donc c’est dans ce cadre que j’ai demandé à mes amis du RPP d’associer tous les Ivoiriens, hommes et femmes à ce rassemblement, pour qu’on échange et pour leur dire pourquoi nous pensons qu’il faut appuyer et soutenir le Président Gbagbo. Je vais vous dire pourquoi il est indispensable que cet homme continue ce combat. Parce que le plus dur est passé, ce n’est pas le moment de le changer. Nous avons encore des comptes à régler et puis après, on verra un peu plus tard clair. Nous sommes à un tournant difficile. Moi je suis Houphouétiste, vous le savez, mais ça ne me gêne pas du tout aujourd’hui de me battre pour le changement. Le changement est indispensable pour nos enfants. Je suis très heureux d’être là. Je voudrais saluer tous mes frères et sœurs qui se sont déplacés à cette heure si matinale. Je suis sûr que la conférence est déjà un succès ».

Propos retranscrits par Philippe Kouhon

Fri, 14 May 2010 02:13:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy