février 7, 2023

France – Sarkozy est “parfaitement d’accord” avec Aubry sur Accoyer

A Lille, Martine Aubry a dénoncé le jeu des petites phrases. La veille, le président UMP de l’Assemblée avait déclaré: "Si nous ratons ce rendez-vous (de 2012), les conséquences économiques et sociales pourraient être comparables à celles provoquées par une guerre." A l’issue de son discours, la maire de Lille a donc demandé au président de la République de faire cesser les attaques et les petites phrases venues de son camp, visant explicitement Nadine Morano et Bernard Accoyer. "La République et la France y gagneraient", a ajouté la première secrétaire du PS.
Pour ses voeux aux fonctionnaires, Nicolas Sarkozy a choisi Lille. L’occasion pour lui de saluer Martine Aubry. Et pour elle d’adresser directement un message au chef de l’Etat.
"Dites-le aussi à François Hollande lorsqu’il parle de moi", lui a répondu Nicolas Sarkozy. Avant de lâcher: "Je partage votre avis d’ailleurs sur Bernard Accoyer."

S’en suit un court échange où les deux promettent de ne pas verser dans la petite phrase, avant que le chef de l’Etat n’en remette une couche sur le dos du président de l’Assemblée: "Et sur Accoyer, je suis parfaitement d’accord."
Mercredi, Bernard Accoyer avait déclaré, après avoir évoqué le programme du PS: "Si nous ratons ce rendez-vous de la responsabilité et du courage (la présidentielle, ndlr), les conséquences économiques et sociales pourraient être comparables à celles provoquées par une guerre".
La comparaison d’une victoire de la gauche en mai 2012 à une catastrophe digne d’une "guerre" a provoqué la colère des socialistes. Le PS a multiplié les communiqués depuis mercredi après-midi. Et ce jeudi matin, toute l’opposition, MoDem compris, ont critiqué cette sortie.
[Voir sur ce sujet notre zapping des matinales]
Avant même cet échange, Martine Aubry et Nicolas Sarkozy avaient déjà pu se saluer. A l’arrivée du chef de l’Etat, la maire de Lille lui avait lancé, selon Gilles Pargneau, premier secrétaire de la fédération PS du Nord, témoin de la scène: "Cette année, je n’ai pas eu le cœur de vous faire un cadeau, car vous n’avez pas fait de cadeau aux Français." Elle faisait ainsi référence au vélo offert en 2008.
"Le vélo, je l’utilise dans le Var l’été", lui a-t-il répondu. "Oui, c’est un vélo robuste parce qu’il est fabriqué dans le Nord", a conclu Martine Aubry.

lexpress.fr

Thu, 12 Jan 2012 16:54:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy