décembre 6, 2022

GAGNOA : KONAN BANNY À MAMA, VOICI CE QUE LA CHEFFERIE LUI A DIT

Selon le chef de village, Kouassi Ouraga Bertin que nous avons rencontré à sa résidence de Mama le dimanche 13 mai, « le président Banny est d’abord venu aux obsèques du président Kuyo pipeline. Mais puisqu’il se considère comme fils de Gagnoa, de surcroît de Mama parce le président Gbagbo en son temps l’aurait invité ici vu les liens d’amitié qui les liaient. Il connaît Kuyo parce que c’est un fils de ce village, il est resté plus longtemps ici (ndlr : il indique chez lui). Après la cérémonie funéraire, il est parti et le lendemain, il est revenu pour la messe du dimanche. Après le culte et l’enterrement, il est revenu chez moi. On a échangé sur beaucoup de choses », a confié le chef traditionnel.

Selon des témoins, au cours de cet entretien entre le président de Cdvr et la chefferie de Mama, plusieurs sujets déjà discutés lors de leur dernière visite à Yamoussoukro, ont été remis sur la table des discussions dont notamment celui de la libération de Laurent Gbagbo. Les parents de Gbagbo, pour démontrer que cette requête leur tient particulièrement à cœur, ont même interpellé le président Charles Konan Banny sur le pacte historique qui lie les Baoulé aux Bété, et établit de tous ces vœux par feu le président Félix Houphouët-Boigny à travers le jumelage des capitales des régions du Fromager et des Grands Lacs. « Il ne faudrait pas oublier que Gagnoa, sous feu le président Houphouët-Boigny, avait était jumelé à Yamoussoukro », ont-t-ils rappelé. Avant de faire certaines précisions à l’ex-premier ministre. « Nous, de notre côté, on connaît la mentalité de notre frère, de notre fils, il n’a jamais voulu s’éterniser au pouvoir. Il en avait pour deux mandats. Et il partait. Le département de Gagnoa a reconnu Alassane Ouattara comme le président de la République. La preuve, nous étions à son investiture malgré qu’on ait été ignoré. Cela ne nous a rien dit, parce que nous avons voulu prouver qu’Alassane était le président de tous les Ivoiriens. Nous sommes prêts à aller à la réconciliation pourvu qu’elle le soit en bonne et due forme. Nous à Mama, nous nous sommes réconciliés avec ceux qui nous ont frappés. Il y a eu des échauffourées, mais tout s’est calmé. La faute est aux politiques, pas aux populations. Si entre eux rien n’est réglé, ce sera difficile», a estimé la chefferie traditionnelle.

Nos sources ont indiqué que pour sa part, Charles Konan Banny a encore recommandé aux populations de Gagnoa de s’approprier le processus de la réconciliation en cours, chose qui lui faciliterait la tâche dans l’exercice de sa fonction.

Venance KOKORA in L’Inter
à Gagnoa

Mon, 14 May 2012 16:52:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy