janvier 28, 2023

Insécuirté, déstabilisation Le gouvernement débordé, l’opposition soulagée

Situation sécuritaire en Côte d’Ivoire

« FRCI, il y a danger » avertit Soir Info. Il affirme que le ver est dans le fruit vu que l’on a constaté la participation de policiers marins et gendarmes dans les attaques de Bonoua et de la centrale thermique d’Azito. Une présence qui montre que la situation a franchi un autre cap. « Le simple fait que des militaires en fonction fassent partie de la guérilla est en soi une conjoncture préoccupante, voire inquiétante. Il est à craindre que le pouvoir prenne un sacré coup dans les dents », souligne t-il. Pour Notre Voie, Ouattara est désormais attaqué par ses propres combattants. Puisque les assaillants ne sont pas venus des camps de réfugiés. Ils proviendraient du groupe des frustrés des FRCI vus qu’ils opèrent encagoulés, par peur d’être reconnus par leurs anciens frères d’armes. Ce qui blanchit, dit-il, l’opposition et les pro-Gbagbo. Oh que non, pourrait-on dire, à en croire Le Patriote. Il écrit que les pro-Gbagbo tiennent à brûler le pays. C’est pourquoi, il faut se dépêcher de séparer l’ivraie du vrai grain. « Il ne faut plus attendre… Il faut le faire maintenant car les attaques de Bonoua et surtout de la centrale thermique d’Azito montre que le temps urge ». Cette opération, L’Expression nous dit comment elle été menée. Selon lui, les actions étaient coordonnées car les assaillants échangeaient par sms. Un qu’a reçu un gendarme dit ceci : « tirs nourris à Bonoua. Je suis sur le terrain ». Un fait qu’il rapproche au gendarme tué dans l’attaque de Noé alors qu’il appartiendrait à l’escadron militaire de Yopougon.

Déguerpissement sous fond de guerre

Le déguerpissement des commerces et de la gare routière dans le sillage de la mairie d’Abobo fait couler de l’encre. Pour les journaux de l’opposition, le pouvoir Ouattara fait face à « son monstre ». Le Temps avance que ce qu’ont vécu les ministres le lundi, dans une commune qui est acquise au régime, est la conséquence logique de l’appel à l’insurrection lancé par Ouattara à une jeunesse instrumentalisée et forgée à la culture de la violence. En effet, rappelle Aujourd’hui, sous le régime de Laurent Gbagbo et surtout lors de la crise post-électorale, la commune d’Abobo a servi d’hérésies et d’apostasies bien ficelées par les cadres du RDR, a hébergé des chefs rebelles qui ont crée le commando invisible qu’avait applaudi le camp Ouattara. Fraternité Matin n’est pas surpris de ces échauffourées à Abobo. « Ce qui se passe actuellement dans la commune d’Abobo était prévisible. C’est la manifestation d’une crise latente qui dure depuis quelque temps ». Mais cela doit s’arrêter estime L’Intelligent d’Abidjan. C’est pourquoi il met à la Une : « Abobo, Bagdad city, ça suffit ». Le quotidien dit que les jeunes d’Abobo ne doivent pas tout se permettre parce qu’ils auraient installé Alassane Ouattara au pouvoir. « C’est la majorité des Ivoiriens qui l’a fait et le Président Ouattara ne leur doit rien ».

Affaire Koné Katinan

Prévu pour hier mardi, le procès de Katinan au Ghana relatif à la demande d’extradition formulée par l’Etat ivoirien et pour assassinat de deux personnes en Côte d’Ivoire, a été reporté à aujourd’hui par le juge Tandoh Aboagye. Ce report en report de ce procès est jugé dilatoire par Nord-Sud Quotidien. Comme raison, le magistrat a dit : « on ne peut pas conduire deux procédures d’extradition en même temps ». C’est donc aujourd’hui que l’on saura le verdict du tribunal concernant la demande d’extradition de Koné Katinan, note Le Courrier d’Abidjan. Si le pouvoir ivoirien veut la peau de l’ex-ministre de Gbagbo, c’est parce qu’il serait au cœur des opérations de déstabilisation. A ce sujet, le ministère français de la Défense a mis en doute le rapport des « experts » de l’ONU, dit L’Inter. D’après un article de Jeune Afrique qu’il rapporte, la France ne croit que la seconde épouse de Laurent Gbagbo, Nady Bamba soit « un soutien financier à des opérations armées menées depuis le Liberia et le Ghana » et que les pro-Gbagbo soient en connexion avec Ansar Dine. « Les liens supposés n’ont pu être recoupés », dit-il.

Par César DJEDJE MEL in linfodrome.com

Wed, 17 Oct 2012 23:18:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy