Koua Justin depuis Bonoua : «Alassane Ouattara négocie avec le Fpi»

Depuis quelques semaines, le secrétaire général intérimaire de la jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), Koua Justin, est sur le terrain pour remobiliser ses troupes. Objectif : les maintenir mobilisées de façon permanente en vue des futures batailles pour la libération de Laurent Gbagbo et tous les autres prisonniers politiques que Ouattara continue de maintenir dans les prisons du pays et autres camps de concentration dans les communes d’Abidjan. C’est dans ce cadre-là qu’à la tête d’une forte délégation, le premier responsable de la jeunesse du Fpi était à Bonoua, le dimanche 19 mai dernier où il a échangé avec les militants de son parti de cette localité. Prenant la parole, Koua Justin a d’abord félicité les militants pour avoir respecté le mot d’ordre de boycott des élections locales du dimanche 21 avril 2013. «Je suis venu vous dire merci et vous féliciter parce que vous avez respecté ce que la direction du parti vous a demandé de faire.

En boycottant ces élections, vous avez donné une force au Fpi. Les Ivoiriens en refusant de voter, ont montré au monde entier que le Président Laurent Gbagbo est toujours populaire en Côte d’Ivoire. On est tellement fort que Ouattara est obligé de composer avec le Fpi. C’est pourquoi la nuit, il envoie ses émissaires négocier en cachette avec le Fpi. Restez donc toujours mobilisés parce que l’heure de la lutte permanente a sonné.

Tuez la peur en vous ! Car si Laurent Gbagbo a donné sa vie pour la libération de la Côte d’Ivoire, nous devons nous mobiliser pour obtenir sa libération», a fait savoir Koua Justin à son auditoire. Toujours dans le cadre de la mobilisation permanente, il a annoncé la tenue à Bonoua d’un grand meeting, le dimanche 14 juillet 2013 prochain, en présence des membres de la direction du Fpi. Avant lui, Miézan Aka, le Fédéral Fpi de Bonoua, intervenant au nom des militants de cette localité, a déclaré qu’il faut maintenir le flambeau de la mobilisation allumé car, a-t-il affirmé, «l’heure est à la lutte pour la libération de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques…». Pour Akohi Innocent (Secrétaire national chargé du patrimoine du Fpi), il faut sensibiliser et mobiliser davantage les Ivoiriens car, estime-t-il, «c’est la mobilisation des Ivoiriens qu’on obtiendra la libération de Laurent Gbagbo». La délégation venue d’Abidjan et les militants se sont séparés dans l’espoir que le rendez-vous du 14 juillet ne sera pas perturbé par les ennemis de la démocratie.

In LG Infos

Tue, 21 May 2013 18:21:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy