novembre 27, 2022

La Côte d’Ivoire entre désordre, insécurité et délestage

Sous Ouattara, dire que la Côte d’Ivoire est un pays dangereux du fait de l’insécurité, est un euphémisme. Assassinats, braquages, agressions et exactions de toutes natures sont commis de jour comme de nuit. Le directeur de l’école de police “himself“, puis le directeur général de l’Ecole normale supérieure (Ens) et la femme du directeur général de la Société ivoirienne de contrôle automobile (Sicta), en ont fait les frais. Les caméras d’Hamed Bakayoko et le CCDO (pâle copie du Cecos) n’ont rien pu empêcher.

La Côte d’Ivoire sous l’ère Ouattara est devenue un vrai nid d’insécurité, une zone de non-droit dans laquelle les détenteurs de Kalachnikov sont les seuls maîtres. Les « bandits du pouvoir » se pavanent arme au poing et prêts à dégainer à la moindre broutille avec les citoyens sans défense. Les banques, les commerces, les domiciles, les hôpitaux et même les lieux de culte sont visités.

Ce ballet des armes et son corollaire de vols et de braquages constitue un véritable souci pour la population, les opérateurs économiques et les investisseurs. La dernière attaque de l’aéroport, porte d’entrée du pays est suffisamment révélatrice de cette situation d’insécurité. Une situation qui semble avoir de beaux jours devant elle, vu que les Frci refusent de quitter la rue et que le pouvoir montre des signes d’impuissance face à eux.

In Notre Voie

Tue, 26 Mar 2013 09:28:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy