février 3, 2023

La Libye veut réviser ses lois pour les conformer à la charia

Des Libyens manifestaient le 9 novembre à Tripoli contre le renouvellement du mandat du Congrès général national. Photo : Agence France-Presse Mahmud Turkia
Les autorités libyennes envisagent une révision exhaustive des lois et réglementations nationales afin de les rendre conformes aux dispositions de la charia (loi islamique), selon un document du ministère de la Justice dont l’AFP a obtenu une copie.

Le texte annonce la création d’un « comité chargé de réviser la législation existante et de proposer des amendements de manière à ne pas contredire les dispositions et règles fondamentales de la loi islamique ».

Composé de 16 membres nommés par le ministère de la Justice sur proposition de la Cour suprême et du mufti, la plus haute autorité religieuse libyenne, ce comité qui sera présidé par un juge comprendra aussi des professeurs d’universités islamiques, selon le document.

Les lois amendées seront ensuite présentées pour adoption au Congrès général national (CGN), la plus haute autorité législative du pays.

Une loi instituée par le régime de Mouammar Kadhafi et limitant strictement la polygamie a été déjà abolie après la révolution de 2011 qui a renversé ce régime.

La décision du ministère de la Justice semble destinée à satisfaire les revendications de certains groupes salafistes.

Lundi, Ansar Ashariaa, le principal groupe salafiste jihadiste libyen, montré du doigt dans des dizaines d’attaques et d’assassinats dans l’est du pays, a affirmé que la sécurité en Libye était « tributaire » de l’application de la loi islamique.

Ce groupe, dont le QG se trouve à Benghazi, chef-lieu de l’Est libyen, a indiqué par ailleurs qu’il ne reconnaissait pas les institutions de l’État ni ses services de sécurité, les qualifiant d’apostat et de « Taghout » (forces maléfiques au service de la tyrannie).

Large consensus

Une nouvelle Constitution est en cours d’élaboration, qui devra aborder des questions clés, dont le rôle de la loi islamique, le système politique, la langue officielle du pays ou encore le statut des femmes et des minorités.

Dans un pays où l’islam conservateur est profondément enraciné, de nombreux analystes estiment qu’il existe un large consensus sur le fait que la nouvelle Constitution devrait s’inspirer fortement de la charia, mais aussi sur la nécessité d’éviter l’extrémisme.

Sun, 17 Nov 2013 11:02:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy