décembre 1, 2022

Le pouvoir Ouattara poursuit sa répression: Un Sergent-chef de l’armée porté disparu

Que ce soit dans la rue, à la maison, sur le lieu de travail ou sur un lieu de culte, le danger est partout, depuis l’installation du régime Ouattara. Chaque jour qui s’écoule, particulièrement après les évènements d’Akouédo, de nombreux citoyens ivoiriens tombent dans les filets de «commando», «d’escadron» non identifié. Pour trouver la mort ou se retrouver dans un coin de torture (la plupart du temps chez un ancien chef de guerre) ou en prison. En effet, enlevé jeudi dernier, sur son lieu de travail, la Base aérienne d’Abidjan (Baa), pour une destination inconnue, le sergent-chef Kobou Decky Jean-Claude est introuvable. Sa famille, sans nouvelles de lui, s’inquiète et vit dans une angoisse terrible. Son épouse s’est rendue à la Baa, sans résultat ! Désespérée, elle a saisi la division des Droits de l’Homme de l’Onuci. A la Baa, la dame a rencontré le supérieur hiérarchique de son époux, le Lieutenant Bamba Bakary, commandant des moyens généraux des Frci (Cap sud). Selon elle, il a indiqué que c’est le Général Ouégnin, commandant de la Baa, qui avait convoqué le sergent-chef Jean-Claude Kobou Decky, pour le remettre à de supposés agents de la Dst. Les efforts de la jeune femme pour rencontrer le Gal Ouégnin sont vains, jusqu’à ce jour. Cependant, à croire le Lieutenant Bamba Bakary, c’est jeudi midi que le sergent-chef Jean-Claude Decky a reçu un coup de fil, pendant qu’il se restaurait à Port-Bouet. Il devrait être interrogé par des agents de la Dst. Mais à la Dst, la dame a été informée de ce que son mari n’était pas arrivé dans cette institution. La famille s’inquiète de plus en plus. Surtout que, selon sa femme, Decky recevait, depuis un certain temps, des menaces de mort sur son téléphone portable, de la part de personnes inconnues. Dès les premières heures de la chute du Président Gbagbo, il s’était enfui, comme beaucoup d’Ivoiriens, au Ghana. Il était revenu quand le pouvoir a demandé à tous les militaires de retourner au travail. Le sergent-chef Kobou Decky avait réintégré son poste. Mais le régime Ouattara l’avait arrêté en novembre 2011 pour le libérer un mois plus tard. Selon des sources proches de la Baa, le Lieutenant Bamba Bakari se serait juré de régler les comptes à tous ses frères d’armes originaires de l’ouest dont Deky.

Koulibaly Doucy, doucykoulibaly@yahoo.fr
In NOTRE VOIE

Tue, 14 Aug 2012 14:22:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy