novembre 30, 2022

Matho Cissé et Ocampo se contredisent

Qui a commis le plus de crimes lors de la crise poste-électorale en Côte d’Ivoire ? Pour la commission d’enquête, c’est sans surprise l’armée nationale ivoirienne sous le président Gbagbo qui a le plus tué. Une version des faits qui entre en contradiction avec celle du bureau du procureur de la Cpi contenue dans l’acte d’ accusation de Luis Moreno Ocampo (ex-procureur de la Cpi) contre Laurent Gbagbo. En effet, Selon l’ex-procureur de la Cpi, «entre le 28 novembre 2010 et le 8 mai 2011, les forces pro-Gbagbo ont dirigé contre des civils pris pour des partisans de Ouattara des attaques durant lesquelles elles ont tué de 706 à 1059 personnes (…).» A partir du moment où tout le monde reconnaît que deux forces armées ont croisées le fer, il va de soit, qu’elles feront inéluctablement des morts. Alors, si on s’en tient au bilan officiel des 3000 morts, cela signifie que si l’armée ivoirienne a fait entre 706 à 1059 morts, c’est dire que les forces armées pro-Ouattara ont tué de 1941 à 2294 personnes. Soit deux fois plus que les Fds et à un rythme autrement plus rapide (en 24h au moins, 800 personnes tuées à Duekoué par les Frci ). Alors, qui de la Cpi présentée par Ouattara comme une juridiction sérieuse et de la Commission qu’il a installée, dit vrai ? Au mois de février dernier, l’Ong américaine Human Rights Watch avait dénoncé les méthodes de la Commission d’enquête mise sur pied par Ouattara qu’elle a qualifiées d’expéditives. Pour argumenter ses accusations, Human Rights Watch cite un responsable des Nations unies, qui sous couvert d’anonymat, a dit que les enquêtes de la commission,
« c’est du cinéma ».

Coulibaly Zié Oumar in Notre Voie

Sun, 12 Aug 2012 10:06:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy