décembre 7, 2022

Poème – Joseph Kokou Koffigoh magnifie Laurent Gbagbo

Ce jour-là, le temps s’était arrêté
Quand tes gardes te disaient d’avancer;
L’équipage attendait flairant l’iniquité,
Ne sachant que dire à l’innocent prisonnier.

Et tu t’es envolé sans verser une larme,
Avec pour bagage seulement ton sésame,
Ta dignité encore et toujours qui désarmé
Même tes ennemis étonnés par ton calme.

Et la vie continue rythmée par les audiences
Sans cesse reportées, sans nulle consistance,
Ni preuve à étayer le vide et les carences
De cette accusation qui frise l’inconscience.

On attend ton retour qui seul peut effacer
L’injustice semée sur la terre brûlée
Par les bombes croisées de la communauté
Qui comprend à présent comme elle s’est trompée.

Nous voulons voir Mama, village de tes pères
Redécouvrir la joie qui l’animait naguère,
Quand la justice aura dégagé les barrières;
Ce sera pour bientôt. Joyeux anniversaire.

Joseph Kokou Koffigoh

Thu, 05 Jun 2014 13:11:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy