Prison civile de Bouaké: Une évasion manquée, des tirs entendus, détenus et garde pénitentiaire blessés

Le lundi 5 août 2013, à 13 h, des détenus de la prison civile de Bouaké ont tenté de s’évader. Mais les forces de l’ordre présentes, à coups de tirs nourris, les en ont dissuadés.

Selon nos sources, à l’heure des faits, des gardes pénitentiaires apportent à manger aux détenus. Ils franchissent la porte de sécurité qui les sépare des cellules. A leur grande surprise, une horde de prisonniers foncent sur eux pour tenter un passage en force et prendre la tangente. Plus entreprenants, ceux-ci referment aussitôt la grande porte et s’isolent.

Livrés à eux-mêmes, les pensionnaires se déchainent et commencent à tout saccager. Ils vandalisent tout sur leur passage. La situation devient dangereuse et très sérieuse. Des prisonnières sont à l’intérieur ainsi que des gardes pénitentiaires. Les tirs de sommation ne les dissuadent pas. Ils veulent faire des trous dans le mur pour se « sauver », mais la prison est encerclée. Il faut agir vite pour éviter des cas de viol et de prise d’otage. La gendarmerie est prompte. 15 h 00mn. Un cargo frappé du sceau « gendarmerie » se dirige vers la porte principale de la prison.

A bord, des dizaines de gendarmes. Les 17 femmes détenues sont évacuées et conduites d’urgence dans l’une de leur base. Une autre source indique que la situation s’empire parce que les prisonniers réussissent à prendre en otage des gardes pénitentiaires. En tout cas, aucune voix officielle ne confirme ou n’infirme cette information. Juste après l’évacuation des prisonnières, le mouvement des corps habillés devient de plus en plus intense.
Lire la suite

Tue, 06 Aug 2013 10:08:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy