décembre 7, 2022

Rébellion ivoirienne de 2002 : Qui a tué Boga Doudou ? Un proche d’IB livre les témoignages de Kass. «Voici comment Wattao a gagné ses galons dans notre rébellion»

«5minutesinfos.net» décide de partager un témoignage exclusif du commandant Kass. Témoignage sur l’attaque de la nuit du 18-19 septembre 2002, qu’il a fait à un autre combattant du MPCI-Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire. Un mouvement qui avait pour secrétaire général, l’actuel président de l’assemblée nationale ivoirienne, Kigbaffory Soro Guillaume. Un MPCI devenu plus tard, Forces Nouvelles sur les sages conseils de Seydou Elimane Diarra, alors Premier ministre de Laurent Gbagbo.

Juste un rappel : lors des évènements Laurent Gbagbo, aujourd’hui aux Pays-Bas à La Haye, se trouvait à Rome en Italie dans l’attente d’être reçu par le pape Jean-Paul II. Ses ministres étaient en Côte d’Ivoire, mais son Premier ministre, Affi N’guessan, aujourd’hui président de son parti, est lui hors d’Abidjan. Le seul membre proche de l’ex-chef d’Etat à être hors de la capitale économique, lors des évènements de la nuit du 18 au 19 septembre 2012. Son ministre de l’Intérieur, le stratège, Emile Boga Doudou est rentré le mercredi 18 septembre 2002, de Paris à 19 heures où il a rencontré le ministre burkinabé Djibril Bassolé.

Etait-il informé de ce qui venait à leur rencontre ? Certainement, puisque depuis Paris des renseignements en provenance du Burkina Faso, selon lesquels un coup de force contre le régime FPI serait imminent étaient distillés, mais pas vraiment pris au sérieux par le pouvoir d’Abidjan.

Le commandant Kass, avant son assassinat se confiant à un des proches de l’ex-sergent chef Coulibaly Ibrahim dit IB, penseur de la rébellion de 2002, lui aussi assassiné, avec la crise postélectorale de 2010, «était très à l’aise» en parlant de leur saga. Voici ce que relate en quelques lignes un ex-soldat du mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), Kass devant ses compagnons proches du sergent chef IB, transmis par l’un d’entre eux à «5minutesinfos ». Un riche témoignage révélant l’empreinte Isiaka Ouattara alias Wattao sur le MPCI puis FN. Ce qui lui a valu de hauts galons auprès des autres commandants, post attaque du 18 au19 septembre 2002.

Son témoignage :

«J’étais caporal avec le MPCI, mis en place par le sergent-chef IB, lorsqu’un soir en 2003, dans une causerie bien détendue, le commandant chef Kass a commencé à nous parler un peu de leurs exploits de notre tentative de la prise d’Abidjan dans la nuit du 18 au 19 septembre 2002. Nous étions restés au nord.

Chef Kass nous disait ceci : chacun de nous, lorsque nous nous sommes réunis, s’est vu assigner une mission. Chacun devait éliminer un homme politique à Abidjan. Peu d’entre nous l’ont réussi. Sinon un seul apparemment parmi nous l’a réussie à Abidjan. Et c’est ce qui a fait sa force et sa domination sur tous les autres chefs de guerre que nous sommes. Mais moi je refuse sa domination. C’est Wattao, saabélébélé qui a réussi sa mission.

Et vous voyez comment, il continue de nous insulter et nous narguer ici. Vous l’entendez souvent dire que nous sommes des vauriens qu’il a été le seul à avoir accompli sa mission à Abidjan. Et donc s’il parle personne ne doit parler. C’est le seul argument qu’il a eu pour s’imposer ici, même devant Shérif Ousmane. Chaque jour vous-mêmes vous le voyer marcher tirant en l’air et trainant sa longue queue de bœuf et crier qu’il est le seul vrai guerrier d’entre nous.

Bon, ce n’est pas vrai, mais lui au moins il a réussi à éliminer l’un des plus grands hommes sûr de Gbagbo. Et cela a fragilisé les hommes forts d’Abidjan.

Notre mode d’action a visé pour chacun d’exécuter sa mission qui lui a été attribuée. Celle d’éliminer des personnalités bien ciblées. Et chacun de nous avait sur son calepin des noms des tenants du pouvoir. Nous n’avions pas affaire aux militaires frères d’armes, nous neutralisions seulement des éléments des gardes rapprochées si nous n’arrivions pas à les maitriser.

Nos cibles étaient clairement désignées. Les ministres de la république les plus en vue, dont Emile Boga Doudou ou Lida Moise Kouassi. Le Chef d’état-major Mathias Doué que nos chefs avaient déjà contactés, et les principaux généraux de l’armée ivoirienne, comme le Général Bombet Denis, commandant des forces terrestres, le commandant supérieur de la gendarmerie, le Général Touvoli Bi Zogbo…
Lire la suite

Sun, 04 May 2014 15:38:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy