décembre 2, 2022

Réunion du bureau politique du Pdci demain: Bédié convoque des morts

C’est, en tout cas, l’énergie du désespoir que Henri Konan Bédié vient de mettre dans sa dernière bataille pour le contrôle du parti. Même si on dit, en Afrique, que « les morts ne sont pas morts », il est à noter ici que N’zueba a franchi un pas… Le « Sphinx » de Daoukro qui fait fasse à l’une des plus graves crises de l’histoire du Pdci depuis son arrivée à la tête du parti, met tous les atouts de son côté, y compris en « pédalant dans le yaourt ».

Vu l’enjeu de cette réunion, Bédié veut être certain d’avoir en sa faveur, le rapport de force, en vue d’opérer un passage en force. Déjà, il a réussi à exclure de cette rencontre, le Conseil politique du Pdci dont les membres ne dissimulent pas leur volonté de l’envoyer à la retraite. Il lui faut maintenant noyauter et verrouiller cette réunion au cours de laquelle, il joue sa vie ou sa mort politique. Il n’a donc pas hésité à faire publier la liste « des membres statutaires convoqués » devant prendre part à la « réunion décisive du Bureau politique du samedi ». Mais sur cette liste figurent les noms de nombreux morts.

Sur les 814 noms qui ont été rendus publics, au moins une bonne vingtaine n’est plus de ce monde. C’est-à-dire qu’ils sont décédés, pour certains, il y 2 ans, pour d’autres beaucoup plus. M. Akabla Sahoua Denis, ex-député Pdci originaire de la région du Sud-Bandama, premier sur cette liste « noire » et qui porte le N° 45, est mort en 2007. Bamba Mamadou, N° 109 sur la liste, ex-ministre des Affaires étrangères, ex-député de Koumassi, aux obsèques duquel Bédié était présent, est également présent sur cette liste. Il est décédé en 2010. Il y a en outre Kassoum Koulibaly, N° 188, l’ex-bouillant syndicaliste dans le milieu des transports, ancien député de Korhogo-commune, décédé en 2008. Vient ensuite Eugène Doudou Piot, N° 258, dont la mort avait alimenté la chronique abidjanaise dans le chapitre des faits divers. Il faut ajouter à cette liste, les noms de l’ex-député d’Aboisso, le Dr Ellingand Etché, N°281, mort dans des conditions mystérieuses en 2004, Maitre Fahé Téhé Emile, N°290, ancien député

de Facobly, ancien président de la commission des affaires institutionnelles à l’Assemblée nationale, décédé en 2005, Yves Fofana, ancien député de Tiebissou, N° 297, décédé, lui aussi il y a au moins cinq ans. Cette liste « cadavérique » qui recèle des noms de nombreuses femmes militantes du Pdci ayant passé l’arme à gauche, est loin d’être exhaustive.

Mais, il convient de s’arrêter sur un nom. Celui de Jean-Michel Moulod, N° 585, ancien député-maire de Grand-Bassam, ancien ministre dans le gouvernement de Bédié, qui s’est tué, accidentellement, en 2011, alors qu’il tentait de traverser la lagune à bord d’une pinasse pour se rendre à Vitré II. Cette mort tragique avait autant ému l’opinion que les militants du parti démocratique de Côte d’Ivoire. Le président de la République Alassane Ouattara et Bédié lui-même s’étaient rendus aux obsèques de cet illustre disparu.

On le voit, Henri Konan Bédié, n’a pas eu le temps d’opérer un toilettage de la liste des membres statutaires, au point qu’aujourd’hui, il vient troubler le repos éternel de ces valeureux militants en les convoquant à la réunion de demain samedi 2 juin 2012. Il n’oubliera pas de faire observer une minute de silence en leur mémoire.

Armand B. DEPEYLA in Soir Info

Fri, 01 Jun 2012 02:24:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy