novembre 30, 2022

Sécurisation du second tour / Philippe Mangou prévient : ‘’On ferme l’aéroport si…’’

Les généraux des forcesprésence dans le cadre de la sécurisation des élections présidentielles en Côte d’Ivoire, ont eu une séance de travail avec le Premier ministre, le mercredi 10 novembre 2010 à? la primature. Il s’agissait pour eux de faire le point du scrutin du 31 octobre dernier.
PENDANT PRÈS d’une heure de temps, les généraux Philippe Mangou, CEMA des FDS, Soumaïla Bakayoko, CEMA des FAFN, Hafiz Commanfor ONUCI et Passalet, Commanfor Licorne,
ont fait l’exposé de l’opération de maillage de l’élection présidentielle du 31 octobre dernier. Cette rencontre a aussi permis aux militaires de faire des propositions pour la sécurisation
du second tour prévu pour le 28 novembre prochain. C’est pourquoi, le général de corps d’armée Philippe Mangou a fait cette mise en garde : « Si un mouvement de violence est déclenché, on ferme l’aéroport », a lancé Philippe Mangou, un brin ironique.
« La séance de travail a porté essentiellement sur la sécurisation
du scrutin présidentiel qui s’est déroulé le 31 octobre dernier. Nous avons fait le point des difficultés que nous avons rencontrées et ensuite toutes les dispositions qu’il faudrait envisager pour le second tour qui est prévu pour le 28 novembre prochain», a expliqué le général de brigade Soumaïla Bakayoko. En termes de difficultés, il a insisté sur l’insuffisance des 8.000 éléments
prévus dans le plan de maillage de l’élection présidentielle. A ce sujet, le chef d’état major des FAFN a
annoncé la tenue, le vendredi prochain à Yamoussoukro, d’une réunion entre les généraux pour peaufiner le plan de sécurisation du second tour du scrutin présidentiel en Côte d’Ivoire. « Les effectifs que nous avons prévus sur notre plan de sécurisation
se sont avérés insuffisants et naturellement nous avons réajusté ces effectifs pour obtenir le minimum de sécurité que vous constaté lors de ce scrutin. Des problèmes logistiques
ont surgi, mais nous avons fait, au niveau de toutes les forces, les efforts
nécessaires pour palier ces difficultés. Le déploiement a été un peu tardif, nous n’avons pas eu assez de temps pour être sur le terrain au moment où
il le fallait. En ce qui concerne le scrutin qui arrive, nous allons nous nous retrouver à Yamoussoukro, dans le cadre du CCI, pour arrêter toutes les dispositions utiles et nécessaires pour que nous ayons un scrutin sécurisé entièrement et apaisé, pour le bonheur de nos populations», a-t-il précisé. A sa suite, le général de corps d’armée Philippe Mangou a révélé que les zones forestières et les zones CNO seront beaucoup plus fournies en hommes pour ce second tour

AVEC L’iNTELLIGENT D’ABIDJAN / PAR Olivier Dion

Thu, 11 Nov 2010 08:28:00 +0100

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy