février 1, 2023

Universités publiques / Voici les nouveaux coûts d’inscription : 100.000 pour la Licence, 200.000 le Master et 300.000 francs le Doctorat

La rentrée académique dans les universités publiques ivoiriennes a été fixée au 3 septembre prochain. A environ un mois de l’échéance, les présidents des universités de Cocody, Abobo Adjamé et de Bouaké ont donné hier mercredi 25 juillet 2012 les montants respectifs de ce qu’ils ont appelé la contribution des apprenants au coût de leur formation.

Il faut retenir que la participation effective des apprenants au coût de leur formation dès la rentrée prochaine connait une augmentation sensible. Augmentation qui est même fonction des conditions ci-dessous. Les étudiants Ivoiriens et étudiants de l’espace UEMOA paieront, pour la Licence, 100.000 FCFA, le Master 200.000 FCFA et le Doctorat 300.000 FCFA. Tandis que les étudiants hors espace UEMOA devront s’acquitter pour les mêmes niveaux d’étude respectivement de 300.000 FCFA, 400.000 FCFA et de 500.000 FCFA. Selon les trois présidents des universités suscitées, cette contribution des apprenants au coût de leur formation, ajoutée aux autres ressources (Etat et propres), permettra de produire des diplômés mieux formés, mieux armés et plus compétitifs pour affronter la concurrence sur le marché du travail. Ils ont justifié cette nouvelle contribution à l’impérieuse nécessité d’accompagner l’Etat dans la mise en œuvre de cet ambitieux programme de rénovation des édifices et de réaménagement des enseignements qui a besoin d’importants moyens financiers. Pour les Conseils d’Université, avec l’ancienne contribution de formation de 6.000 FCFA, soit 0,5% du coût de formation réel d’un étudiant à savoir 1.200.000 FCFA, les universités de Côte d’Ivoire ont connu une décrépitude dont l’accélérateur a été la crise postélectorale. Ces nouveaux coûts doivent être assimilés à une césure (accouchement par césarienne) afin d’accoucher d’un système nouveau pour un étudiant moderne. Ce qui ne fait pas oublier certaines zones d’ombre. Surtout par rapport aux modalités de paiement. Les étudiants ont-ils la possibilité d’échelonner les frais selon le nombre d’années ? Y aura-t-il un acompte incompressible ? Ce sont là des questions importantes auxquelles le Conseil des Universités n’a pas répondu en tout cas ce jour-là.

Olivier Guédé in L’Intelligent d’Abidjan

Fri, 27 Jul 2012 02:22:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy