janvier 20, 2022

PSG – Basaksehir : football et racisme, des précédents nombreux mais des sanctions minimes

Les incidents racistes dans les stades de football, qui concernent pour la plupart des spectateurs, aboutissent rarement à de lourdes sanctions malgré l’indignation qu’ils suscitent.

Aucun, cependant, n’a connu la résonance de PSG – Istanbul Basaksehir, interrompu mardi pour des accusations de racisme visant un arbitre.

Jets de bananes

En 2014, le club espagnol de Villarreal avait été sanctionné d’une amende de 12000 euros pour le jet d’une banane en direction du défenseur brésilien Dani Alves, qui jouait alors au FC Barcelone et avait réagi en en mangeant un morceau.

Un acte qu’a aussi subi l’attaquant gabonais d’Arsenal Pierre-Emerick Aubameyang lors d’un match contre Tottenham fin 2018. Avant la crise sanitaire, les cris de singe s’élevaient encore parfois des tribunes italiennes.

L’affaire Terry-Ferdinand

En 2012, le défenseur de Chelsea John Terry est condamné à quatre matches de suspension et une amende de 220000 livres (270000 euros) pour des insultes envers le joueur des Queens Park Rangers (QPR) Anton Ferdinand, une affaire qui lui avait fait perdre son brassard de capitaine de la sélection anglaise.

Mais la Fédération anglaise, tout en reconnaissant que Terry avait voulu insulter Ferdinand, avait écarté tout soupçon de racisme touchant le défenseur anglais. Terry avait nié avoir proféré une insulte raciste comme les images télévisées pouvaient le suggérer.

Moussa Marega quitte la pelouse

En février 2020, l’attaquant franco-malien de Porto Moussa Marega décide de quitter la pelouse du Vitoria Guimaraes après des cris racistes de spectateurs. L’affaire fait réagir jusqu’au Premier ministre portugais Antonio Costa.

"Je ne pouvais pas rester sur cette pelouse (…) Ce n’était plus possible", a raconté le joueur sur RMC, disant avoir vécu "une grosse humiliation". Huit mois plus tard, le Vitoria Guimaraes a écopé d’une amende et trois matches à huis clos.

Trois ans plus tôt, un autre joueur avait quitté la pelouse après des cris racistes, en Italie, ce qui lui avait d’ailleurs valu un deuxième carton jaune: le milieu de terrain ghanéen de Pescara Sulley Muntari, à Cagliari. Son match de suspension lui avait néanmoins été retiré après coup.
Lire la suite sur midilibre.fr

Wed, 09 Dec 2020 13:10:00 +0100

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy