Ce n’est un secret pour personne que l’Afrique est un continent très convoité. La RDC souffre le martyre depuis plusieurs années à cause de son sol et sous-sol riches en minerais de toutes sortes.
Vous avez une organisation panafricaine, l’Union africaine, dont le siège se trouve à Addis-Abéba (Éthiopie). Si les Japonais, les Chinois, les Russes ou les Américains veulent discuter affaires avec vous, s’ils sont intéressés par telle ou telle ressource minière africaine, c’est là que vous devez les rencontrer pour leur poser toutes les questions et leur dire ce qui arrange vos peuples.
Au lieu de cela, sans  aucune gêne, vous vous précipitez à Washington, Tokyo, Pékin, Moscou ou Paris. Comme des mendiants à qui on vient de lancer une piécette. Trouvez-vous normal qu’un seul président blanc ou jaune déplace tout un continent ? Comment voulez-vous que l’on vous prenne au  sérieux ? Où est votre  fierté ? Vous êtes en train de nous dire par ce comportement indigne que vous voyez le Blanc comme un maître et que c’est lui qui peut résoudre les problèmes de vos peuples.
Heureusement que tous nos dirigeants ne sont pas habités par ce ridicule complexe d’infériorité. Je pense ici à Assimi Goïta et à Ibrahim Traoré. Heureusement que nous avons des Africains décomplexés comme Ahoua Don Mello. Ce dernier, Christophe Boisbouvier doit regretter de lui avoir tendu le micro, le 13 décembre 2022. Non seulement l’ancien directeur du BNETD a su déjouer les pièges du journaliste mais il s’est exprimé sans peur ni langue de bois. Pour lui, le CV de la Russie est plus lourd que celui de la France parce que les Soviétiques ont aidé certains pays africains (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau, Cap-Vert) à chasser le colonisateur, parce qu’ils ont envoyé des formateurs et des ingénieurs en Guinée et au Mali parce que Moscou n’a pas l’intention de donner des leçons et d’imposer quoi que ce soit aux Africains. Don Mello voulait surtout faire comprendre au bouvier de RFI, la radio soi-disant mondiale, que la France qui jadis loua les services de Bob Denard, de Paul Barril et d’autres affreux mercenaires  pour déstabiliser ou renverser des présidents africains est mal placée pour critiquer la présence du groupe Wagner en République centrafricaine et au Mali.
Nana Akuffo du Ghana voulait certainement plaire à Macron en révélant que le Burkina avait signé un contrat avec Wagner. On peut être “kpakpato” (mouchard) à ce point ? Nkrumah et Rawlings doivent se retourner dans leurs tombes.
Honte aux complexés qui courent de sommet en sommet ! Vive les dirigeants dignes et debout ! Bravo à Don Mello qui a brillamment montré que le temps de la peur est révolu !
Jean-Claude DJÉRÉKÉ
0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy