février 7, 2023

José Maria Neves : « Nous devons opérer une forme de décolonisation mentale »

Le président du Cap-Vert est un chef d’État discret. Mais affiche ses convictions avec force : les rapports entre les anciennes puissances coloniales – la France en tête – et les pays africains doivent changer.

’ACTU VUE PAR – Au sein de l’Union africaine, il est de ceux qui plaident avec insistance pour une réforme des institutions. José Maria Neves, qui préside le Cap-Vert depuis 2021 après en avoir été Premier ministre pendant un peu plus de 15 ans, peine parfois à faire entendre sa voix sur la scène diplomatique autant que médiatique. Mais lors des MEDays qui se sont tenus du 2 au 5 novembre à Tanger, le chef de l’État cap-verdien a attiré les objectifs : son pays s’est en effet vu décerner le Grand prix pour « son engagement dans la coopération Sud-Sud ».

Situation sécuritaire et économique au Sahel, relations entre la France et ses anciennes colonies sur le continent, sanctions de la Cedeao à l’encontre de certains des pays aujourd’hui dirigés par des militaires… Sur tous ces sujets, le président cap-verdien a un leitmotiv : le respect. Respect des institutions, des Constitutions, de la démocratie. Mais aussi respect mutuel qui doit prévaloir entre les puissances occidentales et les pays africains.

Lire la suite sur jeuneafrique.com

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy