La vraie indépendance passe par l’engagement et le sacrifice de chaque Ivoirien

La Côte d’Ivoire commémore aujourd’hui le 63e anniversaire de son “indépendance”. Je mets le mot “indépendance“ entre griffes parce que nous ne sommes pas encore indépendants, parce que, depuis le 7 août 1960, notre pays utilise le franc cfa qui est une monnaie fabriquée en France et parce qu’il héberge une base militaire française, parce que notre économie est contrôlée par des étrangers, parce que nos matières premières profitent d’abord à la France, parce que ce pays fait sur la terre de nos ancêtres ce que bon lui semble: détruire des avions militaires, massacrer 64 jeunes ivoiriens en 2004, bombarder une résidence présidentielle, sortir un président démocratiquement élu et installer en 2011 un homme qui lui permette de piller le pays, etc.
Pourrons-nous accéder à la vraie indépendance? Oui, car il n’est écrit nulle part que nous sommes condamnés à être occupés et exploités par la France, ni que pratiquer l’hospitalité signifie devenir progressivement étranger dans son propre pays.
D’autres pays ont-ils renversé la vapeur? Oui. Il s’agit de la Corée du Sud, de Singapour, de Hong Kong, de Taïwan et du Vietnam. Ces pays ont démontré qu’un peuple peut changer le cours de son destin et passer “de la médiocrité à l’excellence” (Ebénézer Njoh-Mouellé).
Ces pays, qui n’étaient pas mieux lotis que nous en 1960, nous enseignent que “l’important n’est pas ce qu’on a fait de moi mais ce que je fais moi-même de ce qu’on a fait de moi” (Jean-Paul Sartre).
En prenant la Bastille en 1789, les révolutionnaires français ne risquaient pas leurs vies pour un gain personnel mais pour que leurs enfants et petits-enfants puissent travailler et vivre dans un meilleur environnement. Chez nous, si des injustices et des dictatures inacceptables perdurent, c’est parce qu’il nous manque la capacité de nous sacrifier pour le groupe et pour ceux qui viendront après nous. On veut participer à telle ou telle action (manifestation, grève, boycott, etc.) à condition que cette action nous profite personnellement et immédiatement. Nous avons du mal à voir plus loin que notre ventre et bas-ventre. Mais il y a aussi la peur de la mort. Or où la mort ne frappe-t-elle pas ? Elle peut nous prendre au champ, dans le lit, dans la douche, devant la télévision, sur un terrain de football ou de basketball, etc. La grande faucheuse ne s’abat pas uniquement sur ceux et celles qui se lèvent et luttent contre tout ce qui bafoue la dignité humaine.
Pour arracher la vraie indépendance, il importe avant tout de comprendre que “celui qui ne risque rien, n’a rien”, que ce n’est pas le combat d’une ou de deux personnes mais l’engagement et le sacrifice de chaque Ivoirien.

Jean-Claude DJÉRÉKÉ 

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy