Côte d’Ivoire – Décès de Gahoudi Martin à Abidjan : Ce que révèle l’autopsie

L’affaire fait grand bruit en Côte d’Ivoire et dans la diaspora ivoirienne en France. Le décès brutal, à Abidjan, de Youayou Douagré Jean-Noël, connu sous le nom de Youayou Gahoudi Martin, alimente les rumeurs quant aux raisons ayant occasionné cette disparition.

Selon une version largement répandue, l’homme aurait trouvé la mort à la suite d’un empoisonnement perpétré par son meilleur ami, Tebly Irima Franck, résidant en France mais établi en Côte d’Ivoire depuis quelque temps. Cette rumeur aurait été diffusée par le défunt, qui aurait confié à plusieurs personnes avoir été empoisonné par son ami.

Les faits remontent au mois d’avril 2024. À en croire certains témoignages, c’est après avoir partagé un repas au domicile de Tebly Irima Franck, au quartier Angré, que l’ancien international ivoirien de football aurait commencé à ressentir un malaise dont il ne se remettra jamais. Cependant, cette affirmation est contestée par des allégations selon lesquelles l’homme aurait été affecté bien plus tard, soit une semaine après cette rencontre.

Dans un courrier daté du mardi 2 juillet 2024, parvenu à notre rédaction, Tebly Irima Franck, le mis en cause par la rumeur, écrit :

« D’emblée, j’avoue que le défunt fut une personne très proche de moi. Je suis donc mal à l’aise et éprouve une tristesse immense en parlant de son décès ici. Et malgré mes efforts pour me contenir, je ressens le besoin de sortir de mon silence.

  • D’une part, pour faire appel à l’âme du défunt, sur la motivation intrinsèque qui l’aurait poussé à répandre ce « cocktail » conflictogène avant de pousser malheureusement son dernier souffle. J’aurais tant voulu qu’il soit en vie…
  • D’autre part, pour apporter un démenti formel au « bric-à-brac d’idées délirantes »
    et aux croyances erronées relatives à sa prétendue détention de parts dans le capital de mon entreprise. Je n’étais pas non plus en conflit avec lui.

Par conséquent, j’ai exigé une autopsie pour ne pas avoir à supporter toutes ces fausses allégations répandues comme une traînée de poudre sur Facebook, sans la moindre preuve scientifique.

De surcroît, la famille éplorée, par la voix de ses représentants (Monsieur Daléba Honoré et son comité), a opposé un refus catégorique à ma demande. Comme s’il ne leur était pas nécessaire de faire preuve de transparence dans cette grave affaire ! Ce comité, par son refus, veut-il peut-être dissimuler quelque chose ?

Dès lors, je m’aperçois que la différence entre ledit comité et moi réside dans les responsabilités. En outre, j’en ai alors tiré un avantage pour obtenir le « CERTIFICAT DE GENRE DE MORT »  concernant mon regretté ami Youayou Douagré Jean-Noël, connu sous Youayou Martin. Ainsi, je clame donc mon innocence.

En adressant mes condoléances les plus sincères à sa famille, je vous remercie tous de votre attention.

*NB : ci-joints :

  1. certificat de genre de mort.
  2. deux déclarations en préfecture concernant mon entreprise (preuves que feu Youayou ne remplissait pas les conditions pour être mon associé, contrairement à ce qui est évoqué). »

D’après les résultats de l’autopsie signés par le Dr Attoungbré N’Guetta Solange, médecin légiste au CHU de Treichville, « la mort du nommé Youayou Douagré Jean-Noël est vraisemblablement naturelle, en l’absence de toute lésion traumatique externe. »

A.I.

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy