décembre 4, 2022

Affi N’guessan Refoulé à Roissy Charles De Gualle comme un terroriste

Photo : DR
On a beau mis en avant les excuses du gouvernement américain, il est difficile de ne pas s’interroger sur les désagréments que la crise de Septembre 2002 cause à la Côte d’Ivoire au niveau diplomatique et au titre de la circulation des personnalités en particulier et des Ivoiriens en général. D’abord les titulaires de passeport de service et diplomatique sont obligés d’établir un visa d’entrée en France. Ensuite il faut aller au Ghana pour se faire établir un visa pour Londres. Dans le cas du Président du FPI, il était bien possible de considérer son rang et sa qualité pour éviter de le traiter comme un terroriste surtout que l’on apprend qu’il s’agit bien d’une erreur du gouvernement américain. Mais cela dit, n’existe-t-il une liste rouge et secrète de personnalités ivoiriennes interdites d’accès aux USA ? L’administration Obama en prélude à l’arrivée du nouvel ambassadeur n’a-t-elle pas décidé de croiser le fer avec les autorités ivoiriennes et de jouer la mauvaise humeur avec Laurent Gbagbo et Guillaume Soro ? N’est-il pas exact, malgré les dénégations et démentis, que les autorités ivoiriennes ont réduit les visas octroyés aux citoyens français en direction de la Côte d’Ivoire depuis le début de la semaine passée, jusqu’à ce Lundi, à cause de mesures préventive de sécurité dans le cadre du cinquantenaire? La France n’a-t-elle pas pour cette raison poussé le département d’Etat à être exigeant dans une procédure où Affi N’Guessan pouvait bénéficier d’une courtoisie ou d’une tolérance diplomatique ? En effet si Paris avait endossé l’affaire et s’était porté garant, Affi Nguessan aurait pu se rendre à Houston sans difficultés, surtout que des membres de sa famille, dont deux enfants, ont pu continuer le voyage pour soutenir un fils Affi qui venait de décrocher brillamment un PHD. Non ! on ne refoule pas comme un vulgaire terroriste ou faussaire, le père d’un si brillant étudiant, de surcroît ancien chef de gouvernement et leader de parti de premier plan dans son pays , qui était aux Usa en Juin dernier. Manifestement il y a anguille sous roche. Aucune explication ne saurait convaincre du bien fondé de ce faux pas diplomatique, qui ne saurait être une simple erreur ou négligence. A coup sûr les officiels ivoiriens, dans la perspective du 31 Octobre 2010 devraient prendre toutes les dispositions pour se mettre à l’abri de bien de surprises désagréables. En tout état de cause, comme à quelque chose malheur est bon, Pascal Affi Nguessan qui devait plutôt être à Houston le 07 Aout 2010, a eu l’occasion de participer au Palais présidentiel à la prise d’armes du cinquantenaire. Au même titre que Mamadou Koulibaly revenu à temps de Marrakech au Maroc pour assister à cette prise d’armes, même si le Maître de cérémonie au Palais présidentiel ne l’a pas vu arriver et n’a pas du tout signalé sa présence. A noter que l’absence de Désiré Tagro a été constatée. Le concernant on ne peut pas dire qu’il a été refoulé au Palais présidentiel… Il a eu un bien meilleur sort que son président de parti

Charles Kouassi

Affaire «Affi N’Guessan refoulé à l’aéroport de Paris» : Le gouvernement ivoirien proteste et les USA s’excusent

Le vendredi 6 août 2010, à l’aéroport de Paris Roissy Charles de Gaulle, un incident s’est produit lorsque Monsieur Pascal Affi N’guessan, ancien Premier ministre de la République de Côte d’Ivoire et président du Front populaire ivoirien (FPI), qui se rendait en visite familiale à Houston, aux Etats-Unis d’Amérique, a été empêché d’embarquer sur un vol de la compagnie Air France qui assurait la liaison entre les deux villes.

En effet, Monsieur Pascal Affi N’guessan, qui est détenteur d’un visa diplomatique américain, régulièrement délivré par l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Abidjan et valable jusqu’en 2017, avait accompli, sans aucune entrave, toutes les formalités de départ, c’est-à-dire, l’enregistrement, les formalités de police, le passage en zone de sécurité et était arrivé dans l’espace d’embarquement.

Cependant, vu le délai d’attente trop long avant l’embarquement, Monsieur Pascal Affi N’guessan a jugé préférable d’aller attendre plutôt dans le salon d’honneur de l’aéroport de Paris, situé hors de l’espace d’embarquement. A la sortie, un agent de sécurité a procédé, comme il se doit, à la vérification de ses documents de voyage, y compris son visa américain. Après cinq à sept minutes, l’agent lui a remis ses documents, apparemment sans n’y avoir trouvé rien d’anormal.

Quelques instants après, alors qu’il était dans le salon d’honneur, un autre agent vint trouver Monsieur Pascal Affi N’guessan pour lui signifier que son visa avait été annulé et qu’en conséquence, il ne pouvait pas être autorisé à embarquer pour Houston.

Sur les motifs de cette soudaine annulation du visa de Monsieur Pascal Affi N’guessan, l’agent ne lui a fourni aucune explication, se bornant à affirmer que cette affaire dépassait ses compétences et suggérait à la personnalité ivoirienne de s’adresser à l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique à Paris pour se faire délivrer éventuellement un nouveau visa.

Monsieur Pascal Affi N’guessan s’est vu donc contraint de retourner en Côte d’Ivoire sans avoir pu effectuer son voyage à Houston qui revêtait une importance capitale pour lui et pour sa famille.

Le ministère des Affaires étrangères et de l’intégration africaine a convoqué ce samedi 7 août 2010, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique en Côte d’Ivoire pour élever une vive protestation contre ce traitement infâmant et humiliant infligé à une si haute personnalité ivoirienne, de la part des services américains, sans que rien ne le justifie.

De son côté, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire aux Etats-Unis d’Amérique en a fait de même auprès du Département d’Etat américain, le vendredi 6 août 2010.

En réponse à la protestation ivoirienne, le gouvernement américain a exprimé ses profonds regrets et présenté ses excuses au gouvernement ivoirien, en promettant de faire prendre les dispositions utiles en vue de réparer le préjudice causé à l’ancien Premier ministre ivoirien, par l’octroi d’un nouveau visa.

Fait à Abidjan, le 7 août 2010

Le secrétaire général

Konan N’Guessan Marcel

Ambassadeur

Mon, 09 Aug 2010 08:39:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy