décembre 4, 2022

Commande de 2 Hélicoptères de guerre : Alassane Ouattara viole l’embargo sur les armes

« Nous sommes en train de commander deux hélicoptères pour la police. Ceux-ci apporteront un appui aérien aux troupes au sol pendant les opérations de ratissage. Le président de la République a commandé 500 véhicules d’intervention qui sont en route » dixit le vendredi 10 août dernier, le ministre Ahmed Bakayoko, lors de la cérémonie de remise de 36 véhicules de type 4X4 à la police. Cette sortie du premier policier de Côte d’ivoire montre bien qu’Alassane Ouattara a mis de côté les projets de développement qu’il annonçait à cor et à cris, pendant la campagne électorale. Il a décidé de se surarmer, en violation flagrante de l’embargo sur les armes imposé à la Côte d’Ivoire par le conseil de sécurité de l’Onu. Il n’y a qu’à voir la liste de types d’armes que les assaillants ont emportées dans l’attaque du camp d’Akouedo, dans la nuit du 5 au 6 août dernier. Il s’agit de 3 lanceurs de missile sol-air portable Sam7, 4 missiles de rechange, 1 arme anti-char utilisant des roquettes autoguidées et 4 roquettes, 250 kalachnikov neuves et 1 caisse de grenades. D’où proviennent donc ces armes, quand on sait que toutes les armes lourdes de l’Etat de Côte d’Ivoire ont été détruites par la coalition franco-onusienne ? Alors que Laurent Gbagbo était confronté à une rébellion armée qui a consacré la partition du pays, pendant une décennie, l’Onu et la communauté internationale n’ont trouvé mieux que d’imposer un embargo. Cette décision avait été saluée par Alassane Ouattara lui-même. C’est ainsi lui et ses amis ont applaudi la destruction des aéronefs à Yamoussoukro en 2004, les bombardements de la base navale de Locodjoro, Akouédo et Agban et la destruction de toutes les armes lourdes pendant la crise postélectorale. Aujourd’hui, il n’y a plus de guerre. Selon Ouattara lui-même, la sécurité est de retour dans le pays. A quoi serviront donc ces hélicoptères de guerre, si ce n’est que pour bombarder des civils ivoiriens ? Pour que la Côte d’ivoire retrouve la stabilité, il n’a qu’à désarmer les supplétifs dozos et Frci, et encaserner les ex-combattants.

Ouattara Abdul-Mohamed in NOTRE VOIE

Thu, 16 Aug 2012 02:10:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy