février 8, 2023

Convention collective / Guillaume Gbato (Sg du Synappci) formel, hier : « Le moratoire a expiré, qu’on applique la convention »

Le secrétaire général du syndicat national des agents de la presse privée de Côte d’Ivoire(Synappci), Guillaume Gbato, était face à la presse, hier mardi 31 juillet 2012.Au menu, informer les confrères de la relance des discussions avec le Gepci pour l’application effective de la convention collective. «Nous sommes contre la notion de journaliste professionnel qui n’est qu’une simple catégorisation des journalistes et pourtant, nous faisons le même boulot. Qui est d’ailleurs professionnel et qui ne l’est pas ? Pourquoi dans d’autres corps de métiers, cette notion n’existe pas ? D’ailleurs la Côte d’Ivoire est le seul pays dans ce cas de figure. Malgré des efforts faits par le gouvernement, rien du côté des patrons. Au depart, nous avions pensé que c’était un moyen d’asservissement mais il est aujourd’hui vérifié que c’est plutôt un moyen d’assouvissement quand ils parlent de journaliste professionnel. Qu’est-ce que celui qui a la licence fait de plus que celui qui a le BTS ? Nous vous avons convoqué ce matin pour informer tous les confrères de la reprise du combat pour l’application effective de la convention collective parce que le moratoire signé en 2008 a expiré. Depuis quatre ans, on nous tourne en rond. Les patrons de presse nous brandissent des arguments qui ne tiennent pas du tout et nous sommes fatigués» lance le conférencier. Quant aux moyens de sa politique, il dit saisir bientôt les autorités compétentes en cas de refus du Gepci. A la table de séance de la maison de la presse d’Abidjan, il n’était pas seul. Avec lui, Blaise Sahiri, nommé récemment médiateur de l’Unjci par le bureau de Moussa Traoré, pour les questions de la presse. Celui-ci annonce une bataille sans merci qui aboutira à l’application effective de la convention «Nous sommes prêts à saisir l’Assemblée nationale parce que cette loi votée a besoin d’être appliquée comme toutes les autres» ajoute-t-il. Pour Guillaume Gbato, celui qui ne peut pas payer à la convention collective n’a qu’à quitter le secteur, que d’utiliser abusivement les gens. «Ils font de nous autres, des mendiants sophistiqués et ce n’est pas normal. Nous reprenons la lutte et cette fois pour atteindre notre objectif», a promis le successeur de Cendres Glazaï.

Dieusmonde TADE in Le Nouveau Réveil

Wed, 01 Aug 2012 20:16:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy