novembre 29, 2022

Côte d`Ivoire: l`avocat d`un pro-Gbagbo arrêté dit n`avoir pas accès à son client

L`avocat de l`ancien ministre ivoirien Alphonse Douati, proche de l`ex-président Laurent Gbagbo et retenu depuis samedi soir par la Direction de la surveillance du territoire (DST) à Abidjan, a affirmé lundi avoir été empêché d`accéder à son client.

"Il y avait tout un dispositif militaire, le commissaire de police trouvé sur place m`a dit +vous n`avez rien à faire ici+", a déclaré à l`AFP Me
Toussaint Zahui Dako.

"Nous ne connaissons pas le motif de son arrestation et ses conditions de détention", a-t-il ajouté au sujet de M. Douati.

Secrétaire général adjoint du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l`ancien président, M. Douati a été interpellé samedi soir à son domicile, selon son parti.

Son arrestation est intervenue quelques heures après l`attaque du siège du FPI à Abidjan par des inconnus armés, qui ont blessé légèrement trois personnes et causé des dégâts matériels. Le FPI a accusé des partisans du chef de l`Etat Alassane Ouattara après cet assaut, ce qu`a démenti le parti présidentiel, le Rassemblement des républicains (RDR).

Dans la nuit de samedi à dimanche, le siège du groupe Cyclone, qui édite le journal pro-Gbagbo Le Temps, a de son côté été vandalisé et partiellement incendié par un groupe non identifié.

Dans un communiqué, le collectif des journaux pro-Gbagbo a condamné "avec la dernière énergie cette attaque lâche et barbare" contre le groupe Cyclone et a dénoncé "les lourdes sanctions et menaces ciblées prononcées par le CNP (Conseil national de la presse) contre les journalistes et les journaux pro-Gbagbo".

Il a annoncé que les vendredi 24 et samedi 25 août seraient des "journées presse morte" pour les journaux pro-Gbagbo, "en guise de protestation et d`alerte", et a appelé le gouvernement à "protéger les journalistes et les entreprises de presse en vue de garantir la liberté d`opinions".

Ces événements surviennent en plein accès de tension, après deux semaines au cours desquelles les Forces républicaines (FRCI), l`armée ivoirienne, ont essuyé des assauts en série à Abidjan, dans ses environs et dans l`Ouest, y perdant dix hommes. Le gouvernement a accusé des miliciens et militaires pro-Gbagbo d“être derrière ces opérations, ce que le FPI a récusé.

AFP

Tue, 21 Aug 2012 10:49:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy