février 8, 2023

Début des cours annoncés le 15 octobre dans les universités publiques: Les étudiants encore roulés dans la farine

Les étudiants ne savent plus s’il faut accorder du crédit aux déclarations des autorités académiques qui ont annoncé avec assurance depuis plusieurs jours, le démarrage effectif des cours le 15 octobre. Cette date passée, le doute s’installe sérieusement chez les étudiants. Et ils ont des raisons de douter de la bonne foi du pouvoir. D’autant plus qu’ils constatent un immobilisme criant dans les deux universités d’Abidjan (Cocody et Abobo-Adjamé) où le démarrage des cours reste toujours une vue de l’esprit. Un tour effectué hier dans ces deux universités et l’on se rend compte que des travaux de réhabilitation de certaines infrastructures essentielles continuent, près de deux mois après la rentrée en fanfare. De 55 milliards FCFA, le coût des travaux est passé à 60milliards FCFA, à 100 milliards FCFA, et la cerise sur le gâteau à 110 milliards FCFA. Ce dernier montant annoncé par le chef de l’Etat lui-même le 3 septembre dernier. Et la facture n’est que provisoire. Tout cela au détriment des étudiants contraints de subir le dicktat et les humeurs du régime. C’est maintenant que l’amphithéâtre Léon Robert de l’université de Cocody qui accueille plus d’un millier d’étudiants, reçoit une cure de jouvence. A Abobo comme à Cocody, le mobilier de bureau et informatique volé à la pelle au su et au vu de tous, malgré la présence de nombreux vigiles et FRCI n’est pas encore installé dans son entièreté. Tous les amphithéâtres de l’université d’Abobo-Adjamé ne sont pas fonctionnels. La présidence, et la Direction de la scolarité de l’université de Cocody sont toujours délocalisées. Il en va de même pour la direction de la scolarité de l’université de Bouaké. Tous ces tâtonnements, ces fausses promesses, après tant de battage médiatique sur le départ nouveau dans les universités publiques, donne le sentiment aux étudiants qui continuent de s’inscrire, d’être roulés dans la farine par le pouvoir. Le drame, c’est que les autorités académiques fixent des dates de début des cours sans conviction. C’est l’incertitude chez tous ces milliers de nouveaux et d’anciens étudiants qui piaffent d’impatience. Pour les distraire et tuer dans l’œuf un éventuel soulèvement dès la reprise des cours, des séances d’information et de sensibilisation sur le système Licence Master Doctorat (LMD) sont organisées depuis des semaines à leur intention. Ils y vont surtout pour demander plus des comptes à leurs maîtres que pour véritablement s’intéresser au LMD.

Charles Bédé in NOTRE VOIE
charlesbd97@yahoo.fr

Thu, 18 Oct 2012 02:06:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy