novembre 27, 2022

Développement durable / Ahoua Don Mello, catégorique dans son ouvrage, «L’Ivoirien nouveau» : ‘’Le développement véritable ne saurait être atteint sans un changement de mentalité’’

Photo : DR
« L’Ivoirien nouveau », nouvelle publication du Docteur Ahoua Don Mello, retrace l’évolution de la Côte d’Ivoire de la dépendance à l’indépendance économique au plein emploi, à la modernisation économique, sociale, l’intégration et à la mondialisation en passant par l’indépendance politique. Structuré en trois chapitres, l’auteur en apportant sa contribution à la réflexion sur le développement de la Côte d’Ivoire rappelle, dans l’avant propos de son ouvrage, sa foi en « un avenir meilleur pour l’Afrique en général, et pour la Côte d’Ivoire, en particulier ». Les valeurs qui y sont prônées sont destinées à recadrer l’acquisition des mécanismes qui conduisent à l’épanouissement collectif des Ivoiriens, en particulier et partant de tous les Africains en général. A travers cette œuvre, le Dg du Bnetd entend contribuer aux débats sur ‘‘le développement durable ’’et surtout indiquer la voie idéale à emprunter pour y arriver. C’est pourquoi, il invite à un véritable changement de mentalités, pour remplacer la culture de consommation telle que manifestée pendant les événements heureux ou malheureux, par une culture d’épargne et d’investissement nécessaire à la création de richesse. L’Ivoirien nouveau est celui qui a des moyens financiers et qui ne dépensent pas dans des activités improductives mais qui investit plutôt dans la création d’emploi des jeunes. « L’Ivoirien nouveau est celui le qui décide de rendre professionnel son activité en la rationnalisant. L’Ivoirien nouveau est cette vendeuse d’alloco qui finit par mettre en place une chaîne de restaurant » (Cf. p 93). L’ouvrage ne s’éloigne pas de la vision de SEM Laurent Gbagbo à savoir que la Côte d’ Ivoire possède le potentiel humain et économique. Pour le patron du Bnetd -qui pendant 9 ans, a sillonné le monde entier, enquête de modèles de développement- ‘‘aucun pays ne peut se développer en comptant sur les autres’’. Ayant compris que le problème de l’Afrique, qui n’est pas pauvre en ressources financières, Ahoua Don Mello préconise l’orientation des ressources disponibles vers des activités productives. Il est de ce fait contre les investissements dans les activités improductives dont les funérailles grandioses, les mariages ostentatoires et baptêmes démesurés. Souscrivant à la vision du Président Laurent Gbagbo, pour le Dg du BNETD le gage de succès pour le développement repose sur le changement des mentalités : « Le développement véritable ne saurait être atteint sans un changement de mentalité qui ferait émerger chez l’Ivoirien en particulier et chez l’Africain en général, l’amour du travail, de l’effort, de la ponctualité, du professionnalisme, de l’énergie productrice et de l’esprit de sacrifice pour son pays », indique-t-il. Précisant qu’il ne peut avoir une Côte d’Ivoire sans un Ivoirien nouveau. Les conditions de l’émergence de cet Ivoirien nouveau sont sans équivoque pour Don Mello. Pour lui, cela impose qu’il y ait « une administration qui ne soit pas un poids et un frein à la création d’entreprises mais qui organiserait le droit au crédit et le droit à l’assistance technique afin que les populations puissent mettre en œuvre des projets viables et durables pour une croissance continue, créatrice d’emplois modernes ». C’est pour cette raison qu’il a invité les Ivoiriens à renaître de nouveau en acceptant de s’affranchir des pesanteurs culturelles et de leur environnement. Comme cela a été demandé à Nicodème selon la Sainte Bible. Un des amers constats de l’auteur est que Les ivoiriens travaillent 3 jours sur 7 et de façon générale, soit 600 heures l’année contre 1600 heures pour les Asiatiques. Des habitudes qui selon lui ne font pas avancer l’Afrique ‘’L’Afrique n’est pas pauvre en ressources financières, mais le problème tient à l’orientation des ressources disponibles vers des activités improductives telles que les funérailles grandioses, les mariages et baptêmes démesurés, qui laissent exsangues nos populations’’. En effet, Ahoua Don Mello n’est pas pour le gaspillage dont font preuve certains cadres à travers des investissements improductifs. Toutes choses qui n’emmènent nulle part. C’est pour cette raison qu’il en appelle au sens de la responsabilité de tous, en prônant le changement dans les comportements. ‘’Je milite moi, aussi pour un Ivoirien Nouveau, imprégné de valeurs telles que le civisme fiscal, le goût du travail bien fait, le professionnalisme, l’épargne et l’esprit de sacrifice qui devront constituer sa seconde nature’’, souligne Ahoua Don Mello. En effet, l’Ivoirien nouveau dont rêve le Dr Ahoua Don Mello est entre autre, cet Ivoirien qui a des moyens financiers et qui investit dans la création d’entreprises génératrices d’emplois pour les jeunes pour bâtir la paix sur la prospérité. « L’Ivoirien nouveau » ne peut émerger que si et seulement si une administration nouvelle est mise en place. Une administration qui créerait le droit au crédit et à l’assistance technique afin que les populations puissent mettre en place des microprojets. L’Ivoirien nouveau est la contribution au débat sur le développement durable en Afrique en général et en Côte d’ivoire en particulier.

Avec la partenariat de L’Intelligent d’Abidjan par / Armand .K

Thu, 29 Apr 2010 21:28:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy