décembre 7, 2022

Disparition de Guy-Andre Kieffer / L’avocat de Mme Simone Gbagbo lance l’offensive à Paris : ‘’Nathalie De La Palme et Bruno Joubert doivent être entendus’’

Prenant langue avec la presse française et les représentants de la presse ivoirienne en France, le défenseur des intérêts de la Première dame de Côte d’Ivoire dans l’affaire de la disparition de Guy-André Kieffer a voulu indiquer d’autres pistes autres que celle des proches du président ivoirien. Me Dadjé a, à l’occasion de cette conférence de presse, rappelé que le dossier de l’instruction des juges français ne contenait rien. « Les plus de 2000 pages du dossier d’instruction des juges français sont vides. Et en plus il est fondé sur deux témoignages qui sont faux. L’un, Berthé Seydou, qui prétendait être un témoin oculaire de l’exécution de Guy-André Kieffer, mais qui s’avèrera plus tard n’être qu’un colporteur d’une histoire qu’il aurait entendue. Et l’autre, Alain Gossé qui n’est qu’un imposteur » a-t-il dit pour montrer la nullité des témoins de la justice française. Sur ce point, l’avocat de Simone Gbagbo a également fait cas de son étonnement dans la démarche des magistrats français dans leurs enquêtes. « Je ne comprends pas pourquoi les juges français ont instruit cette affaire uniquement à charge contre des autorités ivoiriennes. Dans le principe, tout juge d’instruction instruit à charge et à décharge » a soutenu Me Dadjé pour montrer la partialité de la justice française en la personne du juge Patrick Ramaël. Poursuivant sur sa lancée, l’invité de La Dépêche d’Abidjan.net a indiqué que la démarche des magistrats français a « volontairement » fait oublier les autres pistes dans l’enquête. Ce sont ces pistes là qu’il est venu montrer à la France et à ses autorités. Aux dires de Me Dadjé, la présence des Français Nathalie de la Palme et Bruno Joubert à Abidjan au même moment, de même que la tenue d’une réunion au sujet de la disparition de Guy André Kieffer une heure après cette disparition, sont plus que curieuses. « Il est bien curieux que le jour de la disparition de Guy André Kieffer, Nathalie De la Palme et Bruno Joubert aient tenu une réunion à l’Ambassade de France en Côte d’Ivoire sur son enlèvement, dans l’heure qui a suivi. Comment avaient–ils été informés de cet enlèvement et qui en avait été le témoin » s’est interrogé Me Dadjé devant ses interlocuteurs du jour. Il faudra souligner que Nathalie de la Palme et Bruno Joubert étaient, une conseillère de Villepin et autre membre de la cellule diplomatique africaine de Jaques Chirac au moment des faits. Pour le représentant des intérêts de Simone Gbagbo, « Nathalie De la Palme et Bruno Joubert doivent être entendus par les juges Français et Ivoiriens dans cette affaire (…) A ce sujet, la justice ivoirienne a lancé le 10 mai dernier une commission rogatoire pour demander leur audition afin de contribuer à la manifestation de la vérité ». Toujours sur la piste française, Me Dadjé a aussi indiqué que Guy André Kieffer n’avait pas bonne presse au sein de la communauté française en Côte d’Ivoire. Il y avait beaucoup de personnes qui ont eu à menacer de mort Guy-André Kieffer. Parmi eux, il faudra noter qu’il y a un ancien compagnon de route du célèbre mercenaire Bob Denard, qui en voulait terriblement à Guy-André Kieffer. Ce dernier lui aurait fait perdre des centaines de millions de francs CFA de commission dans un marché. «La justice française connaît bien cet ancien officier de l’armée française devenu mercenaire aux côtés de Bob Denard (…) Elle devrait aussi l’interroger » a souligné Me Rodrigue Dadjé.

Charles Assadé

Tue, 25 May 2010 01:47:00 +0200

0

Laisser un commentaire

Nous utilisons des cookies afin de vous offrir la meilleure expérience possible sur notre site Web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre utilisation des cookies.
Accepter
Refuser
Privacy Policy